Neuchâtel et son histoire prussienne

  Un banquet offert à Frédéric Guillaume IV, 1842.

La nouvelle exposition temporaire du Musée d’art et d’histoire de Neuchâtel veut rappeler aux Neuchâtelois la richesse de leur passé.

Intitulée Sa Majesté en Suisse : Neuchâtel et ses princes prussiens, l’exposition retrace les 150 ans qui ont marqué l’Histoire du canton. Entre 1707 et 1857, le peuple neuchâtelois s’est retrouvé sous l’emprise de la Prusse, un choix délibéré pour des raisons de religion mais aussi  pour la liberté que procurait l’éloignement géographique.


 

 Dessin des Indiennes de traite, 1800-1825.

Comprendre un pan de l'Histoire
L’exposition nous emmène dans l’univers des six princes installés de l’époque. Un peu d’histoire d’abord, pour expliquer l’appartenance de Neuchâtel à la Prusse et la Révolution de 1848, en passant par le passage aux mains françaises.D

e l’architecture ensuite, avec quelques clefs pour comprendre l’intérêt des bâtiments de cette époque. On peut d’ailleurs retrouver certains édifices bien connus, comme le Palais du Peyrou ou le Péristyle de l’Hôtel de Ville.

Choisir, c’est aussi renoncer : le musée a donc développé une poignée de thématiques uniquement. Par exemple les loisirs de l’époque, les dentelles de Valangin, connues loin en Europe, les Indiennes, le commerce international ou les arts qui occupaient les salons à l’époque.

 

Un héritage qu'il faut chercher


Aujourd’hui, les traces prussiennes ne sont pas forcément visibles au premier coup d’œil lorsque l’on se balade dans le canton. Le musée a d’ailleurs choisi d’en faire un thème avant de refermer cette exposition : que reste-t-il du régime prussien?

Si les rues ne font aucune référence à la Prusse, le patrimoine matériel, lui, est bien là. Mais il se niche dans les grandes familles ou dans des institutions. Et il continue de se transmettre.

Pour expliquer cette absence d'empreinte prussienne, il y a bien sûr la Révolution de 1848, mais aussi le sentiment anti-germanique né après les événements qui ont secoué le 20e siècle notamment.


Plus de quatre ans de travail

Le Musée d’art et d’histoire a collaboré très étroitement avec l’Université de Neuchâtel pour mettre en place cette exposition. Il faut aussi noter la participation remarquable de plus de 40 collectionneurs privés qui ont prêté leurs pièces. Le commissariat scientifique est assuré par une Prussienne, Elisabeth Crettaz-Stürzel.
Enfin, un ouvrage de 350 pages est sorti de presse pour accompagner cette exposition. Intitulé lui aussi Sa majesté en Suisse : Neuchâtel et ses princes prussiens, il est disponible aux éditions Alphil.

Cette exposition est vernie ce dimanche. Jusqu’au 6 octobre, une série de manifestations sont prévues. Parmi elles, une journée neuchâteloise à Berlin et une journée berlinoise à Neuchâtel. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus