Le labyrinthe comme source de création au centre Dürrenmatt

Trois artistes réunis pour exprimer leur vision du monde sur le thème du labyrinthe : le Centre ...
Le labyrinthe comme source de création au centre Dürrenmatt

Centre Dürrenmatt La machine en bois imaginée par Giona Bierens de Haan, Augustin Rebetez et Noé Cauderay.

Trois artistes réunis pour exprimer leur vision du monde sur le thème du labyrinthe : le Centre Dürrenmatt, à Neuchâtel, a donné carte blanche à Augustin Rebetez, Noé Cauderay et Giona Bierens de Haan pour ouvrir un cycle d’expositions dédié au labyrinthe.  

Dans Ici vous allez trouver ce que nous cherchons, les trois jeunes Suisses présentent des dessins, des sculptures, des vidéos ou encore une machine en bois avec laquelle le visiteur peut s’amuser et réfléchir.

Chaque œuvre s’inscrit dans le thème imposé. Le monde prend bien souvent des airs de labyrinthe angoissant, affolant. Cette émotion transparaît notamment dans les dessins en noir et blanc d’Augustin Rebetez ou encore dans les sculptures de monstres noirs de Noé Cauderay.

Dans cette réflexion, le cerveau joue lui le rôle de labyrinthe de la pensée, là où le cœur constitue celui des émotions. L’individu se débat dans cet univers et l’art apparaît comme la porte de sortie, le moyen de dépasser sa condition humaine de mortel. L’exposition n’est en effet pas dénuée de touches d’espoir et d’humour. Un papillon se niche par exemple dans l’épaule d’un monstre, des mots comme miracle apparaissent aussi au détour d’une planche en bois. Le rêve est donc permis et même recommandé ! /sbe


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus