Entourer la schizophrénie

La schizophrénie touche 1% de la population mondiale. Dans le canton de Neuchâtel, près de ...
Entourer la schizophrénie

 La prise de médicaments ne règle pas tout: soigner la schizophrénie pas aussi par la psychothérapie.

CNP Préfargier Le but n'est pas d'hospitaliser les personnes souffrant de schizophrénie. Le CNP (ici: le site de Préfargier) mise de plus en plus sur l'ambulatoire.

La schizophrénie touche 1% de la population mondiale. Dans le canton de Neuchâtel, près de 1'700 personnes sont concernées par cette maladie psychique.

Afin de sensibiliser le public, des Journées francophones de la schizophrénie sont organisées chaque année dans plusieurs pays. La 10e édition a lieu du 16 au 24 mars. Le canton de Neuchâtel accueillera plusieurs manifestations.


 


 

Le camion de la peur

Afin de destigmatiser la maladie, un camion s’arrêtera à La Chaux-de-Fonds et à Neuchâtel les 21 et 22 mars. Le passant est invité à y entrer…Il vivra alors une expérience destabilisante: pendant 15 minutes, il se retrouvera dans la peau d’une personne atteinte de schizophrénie grâce au film Poursuivi par la peur.


Chimie et thérapie

La schizophrénie se caractérise par une rupture de la réalité. La personne vit ou ressent des choses qu’elle perçoit comme étant vraies mais qui ne sont pas réelles. Ça peut être des hallucinations, des délires ou des interprétations excessives, par exemple. Le sentiment de persécution est très présent.

Les clichés qui accompagnent cette maladie sont malheureusement fréquents. Souvent, on a tendance à associer schizophrénie avec violence et dangerosité. Et pourtant, comme le rappellent ces journées, une personne atteinte de cette maladie peut très bien vivre normalement si elle est soignée. Elle peut même travailler dans une structure adaptée ! Le traitement ne passe pas uniquement par la chimie : il est aussi important de suivre une psychothérapie.


Les proches ont besoin d'aide

Pour les familles et les proches de personnes souffrant de schizophrénie, des structures de soutien existent. Car quand le diagnostic tombe, c’est toute une vie qui bascule.  Souvent démuni, seul face à la maladie, l’entourage est abattu, anxieux et peut sombrer dans la dépression. Il arrive même que des couples se divorcent. C’est pour venir en aide à ces personnes que l’Association de familles et amis de malades souffrant de schizophrénie, l’AFS, a été fondée il y a plusieurs années.

Egalement présente dans le canton de Neuchâtel, l’AFS propose notamment, avec le Centre neuchâtelois de psychiatrie, un réseau destiné aux familles. Cette formation baptisée Profamille est composée de 14 séances réparties sur un an. Elle aborde différents thèmes et aide les proches à s’armer face à la maladie. Car les proches, comme les patients, ne doivent pas rester seuls…
 

Nomad entre en jeu

Par ailleurs, le manque de soins à domicile pour les patients psychiatriques tels que ceux souffrant de schizophrénie est un problème qui revient régulièrement sur la table. Une aide serait la bienvenue, notamment pour décharger les familles.
Cette aide existe bel et bien, rappelle Corinne Giroud de Nomad. L'institution a 17 infirmières spécialisées en psychiatrie. Nous intervenons aussi pour les pathologies schizophréniques, il suffit que la demande soit faite par une médecin, explique-t-elle. Mais peut-être que cette prestation est encore trop méconnue du public, reconnaît-elle.
Sauf pour des motifs de sécurité, Nomad ne refuse aucune demande, nous assure-t-on. /abo



Camion: La Chaux-de-Fonds, Espacité, 21 mars, 9h-17h
               Neuchâtel, Place des Halles, 22 mars, 9h-17h
 


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus