Une centrale d’alarme vaudoise pour les Neuchâtelois ?

La dispute autour de la centrale d’alarme 144 se poursuit. Toutes les parties s’accordent à ...
Une centrale d’alarme vaudoise pour les Neuchâtelois ?

Les Villes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Le Locle proposent de mettre en place une centrale d'alarme dans les locaux du SIS à La Maladière. Les Villes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Le Locle proposent de mettre en place une centrale d'alarme dans les locaux du SIS à La Maladière.

La dispute autour de la centrale d’alarme 144 se poursuit. Toutes les parties s’accordent à dire que la situation actuelle ne satisfait pas aux exigences, mais chacun campe sur sa position. Le Canton de Neuchâtel maintient sa volonté de l’externaliser dans le canton de Vaud. Les villes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et du Locle veulent l’installer sur sol neuchâtelois. Seule la commune de Val-de-Travers est satisfaite par la proposition du Conseil d'Etat.

 

Une centrale d’alarme professionnalisée 

Le Conseil d’Etat souhaite mettre en place une réception professionnelle des appels sanitaires urgents. Actuellement, le 144 est géré par la Police neuchâteloise. Ses agents n’ont pas la formation adéquate pour apprécier la situation de l’appelant. Les moyens engagés sont souvent disproportionnés.

Avec l’externalisation des services vers la Fondation urgences santé à Lausanne (FUS-VD), le 144, la médecine de garde et la permanence pédiatrique seraient réunis au sein d’une seule entité. Une solution plus adaptée et moins coûteuse, selon la ministre en charge de la santé, Gisèle Ory. Les Villes de Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et du Locle estiment que les pompiers-ambulanciers du canton disposent des compétences nécessaires pour gérer la centrale d’alarme : leur polyvalence confère un attrait supplémentaire à la profession et génère des économies, écrivent-elles dans un communiqué commun. Les Villes maintiennent leur proposition de confier la gestion du 144-118 à la centrale d’engagement du SIS de Neuchâtel situé dans la caserne de La Maladière.

 

Un meilleur service de garde

Les problèmes actuels de saturation des appels vers la médecine de garde et la permanence pédiatrique de l’Hôpital neuchâtelois préoccupent aussi la ministre de la santé et le médecin cantonal, Claude-François Robert. Selon eux, la mise en service d’un numéro pour les demandes de service de garde géré par la FUS-VD permettrait de mieux orienter les demandes et de mobiliser les ressources de manière efficiente. La conseillère d’Etat estime que les Villes ne sont pas à même de mettre en place une structure adéquate. Le médecin cantonal estime aussi que la séparation de la centrale d’alarme et des deux autres systèmes d’appels sanitaires urgents serait une erreur. Claude-François Robert explique : avoir les trois structures sur le même territoire permet de basculer très rapidement d’un service à l’autre si l’appel n’est pas dirigé à la bonne place.

Le rapport du Conseil d’Etat doit passer devant le Grand Conseil avant la fin de la présente législature. Gisèle Ory espère une mise en service dès le mois de novembre. /aes


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus