Trafic de cocaïne et blanchiment d'argent devant la justice

Trois prévenus, un acte d’accusation et des versions diverses et variées. Deux hommes et ...
Trafic de cocaïne et blanchiment d'argent devant la justice

 Trois prévenus comparaissent devant le Tribunal criminel à Boudry.

Trois prévenus, un acte d’accusation et des versions diverses et variées.

Deux hommes et une femme comparaissent depuis mercredi devant le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers à Boudry pour trafic de cocaïne entre l’Espagne et la Suisse. Ils sont aussi prévenus de blanchiment d’argent. Les faits se sont déroulés entre décembre 2010 et juin 2011. Le trafic porte sur plus de 2,7 kilos de marchandise. Le montant de l’argent blanchi se monte à près de 70'000 francs, selon l’acte de renvoi.

 

Ping-pong

Deux des prévenus sont mariés. L’homme, cocaïnomane au moment des faits, s’est rendu plusieurs fois à Madrid, en Espagne, pour acquérir de la marchandise auprès du troisième prévenu. Le premier voyage se déroule fin 2010. Toujours selon l’acte d’accusation, le premier prévenu se serait faire remettre 2,2 kilos de cocaïne par le troisième prévenu. Il aurait utilisé une quatrième personne pour ramener la marchandise en Suisse. Ce qu’il nie.

Selon lui, c’est cette quatrième personne qui lui aurait téléphoné alors qu’il était en Espagne pour régler des affaires de famille. Une fois à Madrid, cette personne lui aurait demandé de lui ouvrir la route en voiture jusqu’à la frontière française. Ce qu’il a fait. La personne qui transportait la marchandise a été arrêtée par la police à la douane. Appelée à donner des informations lors de l’audience de mercredi, elle a dit ne pas connaître les trois personnes assises sur le banc des accusés. Et nie toute implication dans ce trafic.

Le mari est aussi accusé d’avoir acheté au troisième prévenu 300 grammes de cocaïne, puis 88 grammes. C’est lors d'un voyage avec la dernière marchandise que le mari a été arrêté à l’aéroport de Genève avec la cocaïne dans l’estomac.

Le troisième prévenu conteste la quasi-totalité des faits qui lui sont reprochés. Il nie avoir remis de la drogue au premier prévenu. Il admet en revanche avoir remis 150 grammes de drogue à deux personnes pour qu’elles écoulent la marchandise à Zurich.

 

Femme innocente ?

La femme est prévenue d’avoir organisé les voyages de son mari en Espagne et d’avoir versé ou donner des sommes d’argent importantes aux fournisseurs et complices de son mari. Elle nie toute implication. Elle affirme avoir fait ce que son mari lui demandait sans poser de questions.

Une version que le mari confirme mais que le Ministère public remet en cause. Il s’appuie notamment sur une conversation téléphonique du jour de l’arrestation du mari à l’aéroport. Conversation durant laquelle la femme dit, en espagnol, elle est en toi. Pour l’accusation, ces paroles sont claires : la femme parle de la cocaïne ingurgitée par son époux. La défense en revanche est d'avis que cette phrase n’a pas le même sens en espagnol d’Espagne qu’en espagnol de République Dominicaine, lieu d’origine de l’épouse. Le Tribunal devra apprécier lors de ses délibérations.

 

Blanchiment d’argent

Les trois prévenus sont aussi accusés d’avoir blanchi de l’argent en réalisant de nombreux versements à l’étranger par le biais de différents organismes de transfert de fonds. Le couple aurait blanchi plus de 33'000 francs, le troisième prévenu 34'000 francs. Les trois personnes nient les faits.

Le réquisitoire et les plaidoiries se tiennent jeudi matin. /sma


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus