Les femmes ne sont pas discriminées au sein de l'Etat

L’Etat de Neuchâtel pratique une politique salariale quasi égalitaire entre hommes et femmes ...
Les femmes ne sont pas discriminées au sein de l'Etat

 Les femmes sont peu nombreuses à grimper les échelons de l'administration.

L’Etat de Neuchâtel pratique une politique salariale quasi égalitaire entre hommes et femmes. C’est ce qui ressort d’une étude menée l’an dernier au sein du Département de la justice, de la sécurité et des finances, dicastère le plus représentatif de l’administration cantonale.

L’étude a été menée auprès de 500 fonctionnaires du DJSF, à l’aide d’un logiciel permettant l’autocontrôle et grâce à un questionnaire. Le résultat est satisfaisant.


Une partie de discrimination inexpliquée

Dans le détail, l’enquête relève qu’en moyenne, les femmes employées de l’Etat gagnent 16,2% de moins que les hommes, si l’on prend tous les salaires de tous les postes de l’administration élevés à un taux de travail de 100%.

Cette différence s’explique par des facteurs tels que l’âge, le niveau de formation, l’ancienneté ou encore le fait que les fonctions les plus hautes sont moins occupées par des femmes. Inversement, ces dernières sont surreprésentées dans les catégories dites inférieures d’un point de vue salarial, où l’on retrouve des professions telles que secrétaire. Cette inégalité de répartition de postes par catégories entraîne d’ailleurs une différence de salaire médian de 13,4% en faveur des hommes.

L’étude détecte tout de même 1,7% de discrimination salariale. Il n'y a pas d’explication à cela. On parle donc de discrimination salariale inexpliquée. Le résultat est jugé satisfaisant.


Où sont les femmes?

L’étude soulève un point gênant pour l’Etat de Neuchâtel : le manque de femmes à des postes à responsabilité. Malgré plusieurs mesures mises en place en 2008, comme le job-sharing ou l’assouplissement du temps de travail, elles sont très peu à occuper des postes de cadre. Pire : les postulations féminines sont maigres.

Le chef du Service des ressources humaines de l’Etat le rappelle pourtant : Si deux candidatures égales se présentent pour le même poste, on privilégiera le dossier féminin. Pas question pourtant d’instaurer des quotas : les compétences avant tout, rappelle Thierry Gonzàlez. /abo


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus