Une rupture qui finit mal

Une affaire de viol occupe le Tribunal de Moutier depuis ce lundi matin. Un Kosovar d'une trentaine ...
Une rupture qui finit mal

C'est dans ce cadre idyllique que les faits se sont produits C'est dans ce cadre idyllique que les faits se sont produits

Une affaire de viol occupe le Tribunal de Moutier depuis ce lundi matin. Un Kosovar d'une trentaine d'années est accusé d'avoir abusé de sa compagne d'alors en octobre de l'année passée. L'homme aurait séquestré sa victime présumée, une Neuchâteloise d'environ trente ans, dans son véhicule sur la route du Plateau de Diesse depuis Douanne. La cour a procédé à l'audition de la plaignante et du prévenu pour essayer de déterminer ce qui s'était vraiment passé dans cette forêt au-dessus du lac de Bienne.

 

Un couple qui sombre

Drogue, alcool, sexe, dispute et peut-être viol. Ce couple au bord de la rupture se prête à une virée qui va mal tourner, ce soir d'octobre 2011. Elle veut le quitter, lui dit, mais consent à une premiėre relation charnelle dans une cabane en forêt. Les amants se rendent ensuite à Bienne pour acheter de la cocaïne. Finalement ce sera un joint et de la vodka. Sur le chemin du retour, il arrête son véhicule dans une forêt au-dessus de Douanne.

La relation sexuelle qui s'ensuit est-elle consentie? La plaignante parvient à composer le numéro de la police, sans parler. Plus de trente minutes de leur dispute sont enregistrées, « je vais te violer, t'attacher à un arbre et te baiser jusqu'au lever du soleil », entend-on sur la bande. L'avocate de la plaignante interpelle le prévenu: « vous vous souvenez de n'avoir plus qu'un préservatif, mais pas des trente-deux fois où elle vous dit qu'elle ne veut pas? » J'étais « kaputt », répond-il. « On s'engueule souvent comme ça mais c'est de la provocation ». L'enregistrement s'arrête brutalement. À la cour de déterminer la suite de l'histoire. Verdict mardi. /tsc


Actualisé le

 

Articles les plus lus