Sale temps pour les morilles

Les morilles désertent les forêts jurassiennes en ce début de printemps. Les inconditionnels ...
Sale temps pour les morilles

Même un morilleur confirmé comme Robert Mouttet, de Rebeuvelier, risque de renter bredouille Même un morilleur confirmé comme Robert Mouttet de Rebeuvelier risque de renter bredouille.

Les morilles désertent les forêts jurassiennes en ce début de printemps. Les inconditionnels du goûteux champignon peinent à en trouver. Le constat est identique dans toutes les zones réputées, notamment sur les hauteurs du Raimeux et sur les rives du Doubs. Les conditions météorologiques sont pointées du doigt. La période de froid sibérien connue cet hiver et un temps plutôt sec n’ont pas favorisé la pousse des morilles.

Robert Mouttet, un «morilleur» de Rebeuvelier, a récolté par exemple 23 champignons jusqu’ici contre 200 dans une année normale. La situation n’est pas exceptionnelle pour autant. Franz Bieber, contrôleur de champignons à Delémont, rappelle que la morille ne constitue pas l’unique champignon printanier. L’hygrophore de Mars est aussi succulent et pousse actuellement dans les bois jurassiens. /fra


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus