S'installer de l'autre côté

Quel est l’impact des accords entre la Suisse et l’Union européenne sur la mobilité résidentielle ...
S'installer de l'autre côté

Un lotissement du Val de Morteau Un lotissement du Val de Morteau

Quel est l’impact des accords entre la Suisse et l’Union européenne sur la mobilité résidentielle transfrontalière ? L’Université de Neuchâtel et celle de Franche-Comté ont mené une étude portant sur l’Arc jurassien. Le rapport final a été présenté jeudi à Morteau.

Premier constat : les gens qui franchissent la frontière pour s’installer de l’autre côté ne sont pas très nombreux. L'enquête montre que les profils des migrants sont différents : ce sont plutôt des familles aux revenus moyens qui quittent la Suisse pour s’installer en France voisine afin de devenir propriétaires. Les personnes qui quittent la France pour poser leurs valises en Suisse sont en majorité de jeunes cadres sans enfants et ne restent pas sur une longue période.

La proximité de la frontière a peu de conséquences sur l’immobilier en Suisse, mais elle modifie le paysage dans les régions françaises proches : les prix du foncier y sont particulièrement élevés et les lotissements se multiplient.

L’étude prouve finalement que, grâce aux accords sur la libre-circulation des personnes, des deux côtés de la frontière les gens semblent techniquement mobiles, mais ils ne le sont pas psychologiquement. /msa


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus