Fusillade du Cancun : l’affaire est close

L’affaire de la fusillade du Cancun est close. Le Ministère public neuchâtelois ordonne le ...
Fusillade du Cancun : l’affaire est close

Un jeune Suisse avait tiré sur un agent de sécurité devant le Cancun Un jeune Suisse avait tiré sur un agent de sécurité devant le Cancun

L’affaire de la fusillade du Cancun est close. Le Ministère public neuchâtelois ordonne le classement de la procédure relative à la fusillade du Cancun. Il clot l’enquête sur la tentative de meurtre présumée et le suicide qui s’étaient produits dans la nuit du 23 au 24 avril devant la discothèque de Neuchâtel. Au cours des derniers mois, le Ministère public a cherché à comprendre le déroulement de l’affaire et à y trouver une explication rationnelle.

Le 23 avril, un Suisse de 21 ans prend part aux festivités du Millénaire de la Ville en compagnie de quelques amis. Il se rend ensuite dans une discothèque du centre-ville avant de rentrer à son domicile. Vers 3 heures, il rédige un texte d’adieu sur son ordinateur, qu’il laisse allumé lorsqu’il quitte son appartement qu’il abandonne ouvert. Il adresse un SMS à trois amis. Message dans lequel il dit ne rien regretter.

Lorsqu’il arrive devant le Cancun, il tire un coup de feu contre l’agent de sécurité au moyen de son pistolet d’ordonnance. Il retourne ensuite directement l’arme contre lui pour mettre fin à ses jours. Le procureur précise qu’à ce moment, le jeune homme écoutait de la musique  à un fort volume et était sous influence de l’alcool (2,14 g/kg).

Le procureur indique également que le jeune Suisse était un habitué de cet établissement et qu’il n’avait pas de différend avec les agents de sécurité. Ses proches ont révélé que rien d’anormal n’avait été remarqué dans son comportement. Mais il avait laissé entendre à un ami quelques semaines auparavant qu’il voulait se suicider. Toutefois, vu la manière dont il l’avait dit, ce proche avait pensé qu’il plaisantait.

Le procureur indique aujourd’hui qu’aucune explication rationnelle n’apporte d’éléments clairs pour comprendre l’acte du jeune homme. La procédure est donc classée. /aju


Actualisé le

 

Actualités suivantes