Tunisie: le pays suspendu au coup de poker du numéro 2 d'Ennahda

La Tunisie était plongée dans l'incertitude dimanche, avec un premier ministre en conflit avec son parti islamiste et la formation du président laïc Moncef Marzouki menaçant de quitter la coalition gouvernementale. Dans la rue, les heurts qui ont suivi l'assassinat de l'opposant Chokri Belaïd ont quasiment cessé.Seule exception: des échauffourées nocturnes qui se sont produites à Gafsa et Sidi Bouzid (centre) et à Kebili (sud). Un policier a été tué et 59 autres ont été blessés, selon un bilan officiel. L'armée était toujours déployée et les forces de l'ordre restaient sur le qui-vive. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus