Syrie: le président Assad affirme être "sûr de la victoire"

Le président syrien Bachar al-Assad a affirmé être "sûr de la victoire" de ses troupes dans la guerre civile qui ensanglante la Syrie depuis plus de deux ans. Le conflit a fait plus de 100'000 morts, selon l'ONU.

"Si en Syrie, nous n'étions pas sûrs de la victoire, nous n'aurions pas eu la capacité à résister et nous n'aurions pas pu poursuivre (la bataille) après plus de deux ans d'agression", a indiqué le chef de l'État dans un message reproduit par l'agence officielle Sana.

"Ma foi en vous est grande et j'ai confiance en votre capacité à (...) mener à bien la mission nationale qui vous est échue", a-t-il ajouté en s'adressant aux soldats, à l'occasion du 68e anniversaire de la création de l'armée en Syrie.

"Bataille contre le terrorisme"

"Vous avez fait preuve d'un rare courage dans la bataille contre le terrorisme et vous avez impressionné le monde par votre résistance (...) en faisant face à la plus féroce et la plus brutale des guerres dans l'histoire moderne", a encore indiqué le président.

Le conflit oppose depuis plus de deux ans les troupes du régime, dotées d'une puissante armée de l'air et appuyées depuis des mois par le Hezbollah libanais, à des rebelles moins équipés, que Damas qualifie de "terroristes", appuyés par l'étranger.

Armes chimiques

A Damas, deux envoyés spéciaux de l'ONU sont parvenus à arracher un accord pour aller en Syrie enquêter sur trois sites où l'utilisation d'armes chimiques a été rapportée, a annoncé l'organisation. La Syrie avait jusqu'à présent bloqué toutes les demandes de l'ONU.

Selon un diplomate, les enquêteurs, avec à leur tête le Suédois Ake Sellstrom, sont en train de se rassembler en Europe et pourraient se rendre en Syrie dès la semaine prochaine.

L'ONU a précisé que la Syrie, la France, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis lui avaient signalé treize attaques à l'arme chimique depuis le début du conflit, qui dure depuis 28 mois.

La Syrie dispose de centaines de tonnes d'armes chimiques diverses et elle n'a jamais signé les conventions internationales qui en restreignent l'usage.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes