Syrie: l'escalade continue - signe d'utilisation d'armes chimiques

Le conflit en Syrie a atteint un nouveau degré dans la brutalité, a affirmé mardi la commission d'enquête de l'ONU. Faisant état d'indices sur l'utilisation d'armes chimiques, elle exhorte la communauté internationale à agir, alors que les grandes puissances continuent à se déchirer sur la tenue de "Genève II".

"Les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire continuent sans relâche. Nous appelons tous les Etats ayant une influence sur les belligérants à remplir leur obligation de protéger les civils", a déclaré le président de la commission d'enquête Paulo Pinheiro devant la presse à Genève, puis devant le Conseil des droits de l'homme.

Carla del Ponte a de son côté exhorté le Conseil de sécurité de l'ONU à saisir la Cour pénale internationale (CPI), jugeant qu'il était "urgent" d'agir. Evoquant les guerres qui ont déchiré l'ex-Yougoslavie entre 1991 et 1995, la Tessinoise a rappelé qu'"un accord politique ne fonctionnera pas sans que justice soit faite".

Le rapport documente pour la première fois l'utilisation d'armes chimiques. La commission affirme qu'il y a "des raisons suffisantes de croire que quantités limitées de gaz toxiques ont été utilisées" lors de quatre attaques en mars et en avril.

Pas de solution militaire

M. Pinheiro a insisté sur le fait qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit. "Personne ne pourra gagner cette guerre. Donner davantage d'armes contribuerait seulement à créer encore plus de souffrances", a averti le président de la commission.

Un avis partagé par la Suisse. "Une solution politique est urgente. La conférence imminente sur la Syrie à Genève est une étape importante dans le processus", a déclaré l'ambassadeur de Suisse à l'ONU Alexandre Fasel lors du débat sur ce rapport.

Il a souhaité "un dialogue sincère et inclusif répondant aux aspirations légitimes du peuple syrien" et lancé un appel au soutien de toutes les parties à la conférence sur la Syrie. Une réunion préparatoire pour la conférence de Genève II est prévue mercredi entre l'ONU, les Etats-Unis et la Russie dans la cité de Calvin.

/SERVICE


Actualisé le