Russie: l'opposant Navalny condamné à cinq ans de prison

L'opposant numéro un russe Alexeï Navalny a été condamné jeudi à cinq ans de camp et arrêté dans la salle du tribunal à Kirov, à 900 km à l'est de Moscou. Il a été reconnu coupable dans une affaire de détournement qu'il dénonce comme fabriquée de toutes pièces.

Le juge Sergueï Blinov a prononcé la condamnation à "cinq ans de camp" de Navalny compte tenu de la "gravité du crime" et du "danger qu'il représente pour la société". L'opposant a été menotté et arrêté dans la salle du tribunal.

Jugé depuis le 17 avril, M. Navalny, 37 ans, est accusé d'avoir organisé en 2009 le détournement de 16 millions de roubles (plus de 460'000 francs) au détriment d'une exploitation forestière, Kirovles, alors qu'il était conseiller du gouverneur libéral de la région.

"Sa culpabilité est entièrement prouvée. Aucune preuve ne confirme les affirmations de Navalny selon lesquelles il est poursuivi pour des raisons politiques", a déclaré le juge en lisant le jugement avec un débit très rapide et d'une voix monotone.

Condamnation pour Ofitserov

Le parquet avait requis contre lui six ans de camp et une amende d'un million de roubles (plus de 29'000 francs), et aussi demandé qu'il soit arrêté après le jugement dans la salle du tribunal.

Il était jugé au côté de Piotr Ofitserov, directeur d'un groupe commercial auquel la société publique Kirovles a vendu du bois à un prix inférieur à celui du marché, selon l'accusation.

Navalny nie farouchement

L'épouse de Navalny, Ioulia, et plusieurs opposants dont Boris Nemtsov, l'ex-vice-premier ministre de Boris Eltsine, et la journaliste et militante pour les droits des prisonniers Olga Romanova étaient présents dans la salle du tribunal pour soutenir Alexeï Navalny.

M. Navalny qualifie les accusations formulées contre lui d'"absurdes", la quasi-totalité de la somme ayant, selon lui, été versée à l'entreprise et le reste constituant la marge de la société - dont il n'était d'ailleurs pas bénéficiaire - ayant effectué les transactions.

L'opposant, qui a été mercredi officiellement enregistré comme candidat à l'élection du maire de Moscou le 8 septembre et a déclaré son intention de briguer la présidentielle de 2018, ne sera plus éligible s'il est condamné, même avec sursis, à partir du moment où sa peine aura été confirmée en appel.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes