Reprise d'intenses consultations à Genève sur le nucléaire iranien

La cheffe de la diplomatie de l'Union européenne (UE) Catherine Ashton a repris samedi matin à Genève les discussions sur le dossier nucléaire avec les représentants des six, a indiqué le porte-parole de l'UE Michael Mann. Le déroulement de la journée est à ce stade complètement incertain.

"La Haute représentante poursuit ses contacts et a d'intenses consultations ce matin sur le dossier nucléaire", a affirmé le porte-parole de l'UE sur Twitter. Les négociations s'étaient interrompues à minuit la veille après plusieurs heures de réunion entre Mme Ashton, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif.

Le porte-parole de l'UE avait qualifié les discussions de "bonnes". Catherine Ashton a eu un nouvel entretien samedi matin avec John Kerry. L'arrivée du ministre russe Sergueï Lavrov est prévue dans la matinée à l'hôtel Intercontinental où sont massés les journalistes.

Laurent Fabius prudent

De son côté, le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a déclaré qu'il n'y avait "aucune certitude" à ce stade qu'un accord sur le nucléaire iranien soit conclu entre Téhéran et les grandes puissances à Genève.

"Il y a un texte initial que nous n'acceptons pas (...), je n'ai aucune certitude qu'on puisse conclure à l'heure où je vous parle", a déclaré depuis Genève M. Fabius sur la radio France Inter. Le ministre a notamment cité le cas du réacteur d'Arak "extrêmement proliférant" et la question de l'enrichissement de l'uranium.

"Il y a tout un stock enrichi à 20%, c'est beaucoup. Comment redescendre pour que ce stock soit vers 5%, ce qui est beaucoup moins dangereux?", s'est interrogé le ministre des Affaires étrangères.

Questions à régler

Les Occidentaux suspectent Téhéran d'enrichir son uranium pour fabriquer la bombe atomique, ce que dément l'Iran qui assure que son programme nucléaire est à vocation civile. "Si ces questions-là ne sont pas réglées, ce ne sera pas possible", a insisté M. Fabius.

/ATS


Actualisé le