Rejet de 5000 demandes de protection de la dictature chilienne

Les juges chiliens ont demandé pardon mercredi pour avoir failli à protéger les victimes de la dictature d'Augusto Pinochet. Cette déclaration a été publiée à quelques jours du 40e anniversaire du coup d'Etat militaire qui avait renversé le gouvernement de Salvador Allende le 11 septembre 1973.

"L'heure est venue de demander pardon aux victimes, à leurs proches et à la société chilienne", a indiqué mercredi soir l'Association des magistrats du Chili dans une déclaration inédite. Entre 1973 et 1990, environ 3200 personnes sont mortes ou ont disparu, selon les organisations de défense des droits de l'homme.

"Nous devons le dire et le reconnaître clairement et avec force: le pouvoir judiciaire - et, en particulier, la Cour suprême de l'époque - a manqué à son devoir de garant des droits fondamentaux et de protection des victimes face aux abus de l'Etat", ont déclaré les juges.

Milliers de demandes rejetées

Quelque 5000 demandes de protection pour les disparus ou les personnes détenues illégalement avaient été rejetées sous la dictature par les tribunaux chiliens, qui prétextaient ne pas avoir d'informations à ce sujet.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes