Au moins 10 soldats syriens tués à la suite de raids israéliens

Une dizaine de soldats syriens ont été tués dans des attaques de l'aviation israélienne sur le Golan dans la nuit, a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

"Au moins dix soldats syriens ont été tués dans des raids israéliens contre des positions militaires limitrophes de la partie occupée du Golan. Neuf missiles ont été tirés par des avions et au moins deux chars ainsi que deux batteries d'artillerie ont été détruits", a précisé l'OSDH, proche des rebelles. Ces éléments restent impossibles à vérifier de manière indépendante.

Selon lui, la principale cible a été le siège du quartier général de la brigade 90, l'une des principales unités militaires syriennes déployées sur le Golan, mais d'autres positions ont également été visées. Le plateau du Golan est en partie occupée par Israël depuis la guerre de 1967.

"Cibles atteintes"

Auparavant un communiqué militaire israélien avait indiqué dans la nuit que "l'armée israélienne avait ciblé neuf positions de l'armée syrienne en réponse à l'attaque émanant de Syrie et qui a tué un Israélien et blessé deux autres".

"Les sites visés incluent des QG militaires syriens et des rampes de lancement. Les cibles ont été atteintes", avait précisé le communiqué. De violents combats opposent depuis des mois l'armée syrienne et les rebelles dans cette région située dans le sud de la Syrie.

"Attaque intentionnelle"

Selon une porte-parole de l'armée israélienne, le camion-citerne à bord duquel circulait l'adolescent arabe israélien de 13 ans a été touché par un missile antichar tiré de Syrie par-dessus la frontière.

L'armée a évoqué "une attaque intentionnelle" contre un véhicule civil par des forces en Syrie. Selon un porte-parole, des chars israéliens ont riposté contre des positions de l'armée syrienne, sans faire état de victime.

"C'est l'incident le plus sérieux à la frontière avec la Syrie depuis le début de la guerre civile", a déclaré le porte-parole de l'armée, en confirmant qu'il s'agissait du premier Israélien tué.

Par ailleurs, les dernières armes chimiques déclarées par Damas à la communauté internationale ont été évacuées du pays en vue de leur destruction en mer, a annoncé lundi l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes