Nucléaire iranien: ouverture du troisième jour de négociations

Six puissances et l'Iran se retrouvent samedi à Genève pour un troisième jour de négociations sur le nucléaire iranien. Les discussions sont menées dans l'espoir d'un accord mettant fin à une décennie de blocages et éloignant le risque d'une guerre.

Signe de la volonté d'aboutir, cinq ministres des Affaires étrangères ont choisi de venir de manière impromptue en Suisse épauler leurs négociateurs qui à l'origine, ne devaient discuter que pendant deux jours.

La Russie a emboîté le pas des Etats-Unis, de la France, de l'Allemagne et de la Grande-Bretagne avec l'arrivée attendue à Genève dans la matinée de son chef de la diplomatie, Sergueï Lavrov.

Samedi, "nous comptons parvenir au résultat à long terme qu'attend le monde entier", a résumé Sergueï Riabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, cité par l'agence de presse RIA-Novosti.

Du monologue à la négociation

Favorisées par l'arrivée au pouvoir d'un président iranien dit "modéré", Hassan Rohani, les rencontres entre Iraniens et grandes puissances n'ont plus rien à voir avec celles des années précédentes. "Avant c'était des monologues, maintenant on négocie", confie un haut responsable diplomatique occidental, en parlant de "réelle nouvelle dynamique". "On est à la lampe de poche dans les recoins" et c'est pour cela que les discussions sont longues, explique-t-il sous anonymat.

A Genève, la journée de vendredi a notamment été l'occasion pour les Occidentaux et leurs partenaires russe et chinois d'unifier leurs positions face à l'Iran. Cette semaine, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif a reproché à la France d'avoir une attitude plus rigide que celle des Etats-Unis.

"Tout le monde est sur la même ligne" désormais, a assuré vendredi soir un diplomate français, sans autre détail.

Encore "beaucoup de travail"

Les pays à Genève se sont engagés à ne pas dévoiler publiquement leurs positions pendant la négociation. Il reste "quelques questions très importantes" et "beaucoup de travail à faire", ont confié vendredi soir Américains et Iraniens après des discussions qui reprendront samedi matin.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus