Nouvelle nuit calme à Gaza et espoir d'une solution durable

La trêve tenait toujours vendredi matin entre Israël et le Hamas, au lendemain d'une journée calme. Malgré les craintes que le cessez-le-feu ne vole en éclats, les armes se sont à nouveau tues.

Gaza est revenu à un semblant de vie aussi normale que possible, certains habitants ne cachant toutefois pas leur scepticisme face aux soubresauts des négociations et à la succession des trêves éphémères.

"Ce cessez-le-feu est une absurdité. Nous voulons de la stabilité ici, ne pas avoir à revenir et repartir chaque jour, dormir là une nuit et ailleurs le lendemain. Vous le voyez bien, ma maison est détruite, nos vies sont détruites", soupire Mohammed Ibrahim à Chajaya, banlieue à l'est de la ville de Gaza.

Manifestation à Tel Aviv

Au moins 10'000 personnes se sont rassemblées à Tel Aviv, selon la police, sous le slogan de "Le Sud (les villes frontalières de Gaza, ndlr) refuse de se taire", pour exiger du gouvernement une solution durable au conflit avec le Hamas. La foule hétéroclite brandissait des drapeaux israéliens et des pancartes appelant aussi bien à "occuper Gaza maintenant" qu'à faire la paix avec les Palestiniens.

Si les pourparlers sont prolongés au Caire, l'armée israélienne se tient prête à toute éventualité "parce que les opérations ne sont pas encore terminées". Des bruits de bottes qui "ne font pas peur" au Hamas, a rétorqué un porte-parole à Gaza.

Mais malgré les vociférations des deux camps, le médiateur égyptien a annoncé mercredi soir une prolongation pour cinq jours du cessez-le-feu. Depuis, Israéliens et Palestiniens ont quitté Le Caire, où les seconds ont annoncé qu'ils seraient de retour samedi soir.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes