Brève attaque à l'aéroport de Karachi: aucune victime

Une brève attaque a été menée contre l'aéroport de Karachi ce matin, la seconde en deux jours. Elle a pris fin avec la fuite des assaillants et n'a pas fait de victimes, selon les autorités. Par ailleurs, plus tôt dans la journée l'armée pakistanaise a bombardé la vallée de Tirah (nord-ouest), un repaire de groupes rebelles dont le TTP.

Des hommes ont ouvert le feu sur un poste de contrôle à l'entrée de l'aéroport, à plus d'un kilomètre des terminaux de passagers. Le Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), principal groupe rebelle islamiste du pays, a revendiqué cette brève attaque.

Il avait déjà admis la responsabilité de l'assaut commando ayant coûté la vie à 37 personnes, dont les 10 assaillants, dans la nuit de dimanche à lundi. Il s'agissait d'une des attaques les plus meurtrières de ces derniers mois au Pakistan.

"La situation est maintenant sous contrôle. Les assaillants se sont enfuis après avoir tiré", a déclaré le colonel Tahir Ali, porte-parole de l'ASF, la force paramilitaire chargée de la sécurité à l'aéroport, une heure environ après le début de l'attaque.

Le trafic aérien a repris

Les gardes de l'ASF ont répliqué par des tirs en l'air, avant de se lancer à la poursuite des assaillants et de constater leur fuite, a-t-il précisé. Les assaillants étaient au nombre de deux selon l'ASF, de "3 ou 4" selon le porte-parole de l'armée, le général Asim Bajwa. Après une interruption, le trafic aérien a repris.

La première attaque avait soulevé des questions sur la manière dont un tel commando rebelle a pu s'introduire dans une des zones les plus stratégiques, et donc en principe les plus sécurisées, du pays. Au total les attaques menées par le Mouvement des talibans du Pakistan ont fait plus de 6000 morts depuis 2007.

Quelques heures plus tôt, à l'autre bout du pays, l'armée pakistanaise a bombardé la vallée de Tirah (nord-ouest), un instable repaire de divers groupes rebelles dont le TTP. Elle a dit avoir détruit "neuf repaires de terroristes" et tué 15 d'entre eux. Ce bilan ne pouvait être confirmé de source indépendante.

/ATS


Actualisé le