New York: 40 millions pour cinq victimes d'une erreur judiciaire

Cinq hommes injustement condamnés aux Etats-Unis pour le viol et la tentative de meurtre d'une femme vont obtenir de la ville de New York une indemnisation de 40 millions de dollars, selon le "New York Times". Ils avaient été blanchis en 2002, après qu'un violeur en série a avoué le crime.

Les cinq adolescents, originaires de Harlem, avaient été condamnés pour l'agression sauvage de Trisha Meili à Central Park lors d'une chaude nuit d'avril 1989.

Si l'accord est validé par la justice et les autorités de la ville, "les cinq de Central Park" devraient recevoir environ un million de dollars pour chaque année passée injustement en prison, a rapporté le "New York Times", sans dévoiler ses sources.

L'affaire avait déclenché un déchaînement médiatique dans une ville sclérosée par les tensions raciales et sociales et une criminalité omniprésente alimentée par des trafics de crack et d'héroïne.

Enquête bâclée

Le 19 avril 1989, au soir, cette jeune employée de la finance a été enlevée sur un sentier de Central Park où elle faisait son jogging, traînée dans un ravin où elle fut violée, battue et laissée pour morte.

Quelques heures plus tard, la police new-yorkaise a arrêté cinq suspects, noirs et hispaniques, âgés de 14 à 16 ans. Malgré de nombreuses incohérences dans l'enquête, des analyses ADN non concluantes et des erreurs de procédure, ils ont été condamnés tous les cinq.

Les adolescents ont passé entre six et treize ans en prison avant qu'un violeur en série avoue être l'auteur de l'agression de Trisha Meili. Ils ont été blanchis en 2002.

L'affaire a été portée à l'écran dans le documentaire "The Central Park Five" de Ken Burns, présenté en 2012 au festival de Cannes.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes