Les recherches s'étendent à l'Océan indien, le mystère reste entier

Les recherches pour retrouver l'avion de Malaysia Airlines, qui a disparu des radars il y a quasiment une semaine, se sont étendues vendredi à l'Océan indien. Les Etats-Unis émettent une nouvelle hypothèse: l'appareil aurait continué de voler pendant plusieurs heures après sa disparition.

La Malaisie a confirmé vendredi l'extension des recherches du Boeing 777, mais a refusé de commenter les informations américaines. "L'appareil n'a toujours pas été retrouvé et la zone de recherches a été étendue", a déclaré à la presse le ministre malaisien des Transports, Hishammuddin Hussein.

"Avec nos partenaires internationaux, nous les étendons vers l'est en mer de Chine méridionale, et vers l'ouest dans l'Océan indien", a-t-il dit.

Plusieurs médias américains, citant de hauts responsables, avaient précédemment affirmé que le Boeing avait continué de transmettre un signal automatique pendant plusieurs heures après s'être volatilisé. Les systèmes de transmission ont régulièrement cherché à se connecter à un ou plusieurs satellites relais, selon ces sources.

Des experts ont émis des doutes sur cette hypothèse. "Un appareil sans transpondeur, dans l'espace aérien de n'importe qui, aurait créé un incident militaire, et quelqu'un aurait fait quelque chose", a ainsi estimé Neil Hansford, président du cabinet de consultants Strategic Aviation Solutions, qui pointe plutôt pour une catastrophe soudaine comme une explosion en plein ciel.

Cette possibilité a toutefois été prise au sérieux par Washington qui a envoyé un navire ("USS Kidd") et un avion en direction de l'Océan indien. Actuellement, deux destroyers américains participent aux recherches. Mais les deux navires étaient jusqu'à présent déployés uniquement dans le golfe de Thaïlande.

Immense zone

Près d'une semaine après sa disparition, le mystère reste entier sur le sort du vol MH370 qui effectuait la liaison Kuala Lumpur-Pékin avec 239 personnes à bord. "Je ne me souviens pas d'une autre affaire de ce type, où l'on disposait d'aussi peu d'indices sur ce qui s'est passé", estime Ravikumar Madavaram, un expert en aérospatial au cabinet de consultants Frost & Sullivan Asia Pacific.

Les recherches se sont concentrées dans un premier temps en mer de Chine méridionale, à l'est de la Malaisie, le long de la route que devait emprunter le Boeing. La dernière position connue de l'avion était à mi-chemin entre les côtes de Malaisie et du Vietnam.

Avec l'extension vers l'Océan indien, la troisième mer la plus vaste au monde dotée d'une profondeur moyenne de presque 3900 mètres, la zone à balayer est immense. C'est comme passer d'"un échiquier à un terrain de football", a indiqué sur la chaîne CNN le commandant William Marks, de la 7e flotte américaine.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus