Les parents d'Ashya King sont sortis de prison en Espagne

Les parents du petit Britannique Ashya King, atteint d'une tumeur au cerveau, ont quitté leur prison de Madrid mardi soir. Ils ont promis d'aller le voir "dès que possible". Le couple avait été arrêté en Espagne samedi passé, après avoir sorti leur enfant d'un hôpital britannique sans avis médical.

"Nous allons voir notre fils dès que possible. Nous mourons d'envie de revoir son visage", a dit aux journalistes le père de Ashya, Brett King. Le quinquagénaire s'est exprimé devant la prison de Soto del Real, avant de quitter les lieux en voiture, avec son épouse. Leur enfant, âgé de 5 ans, est hospitalisé à Malaga, dans le sud de l'Espagne.

Quelques heures plus tôt, la justice britannique avait ordonné la levée du mandat d'arrêt contre eux. Le Premier ministre britannique David Cameron avait alors jugé "important que ce petit garçon reçoive des soins et l'amour de sa famille", sur son compte Twitter.

Juste mesure

Les King ont expliqué avoir emmené leur fils en Espagne la semaine dernière dans l'espoir d'y vendre une maison leur appartenant. Cela afin de financer un traitement alternatif, non disponible auprès de l'hôpital de Southampton (sud de l'Angleterre) où l'enfant était soigné jusque-là.

Mais alertée par l'hôpital, la police du Hampshire avait lancé jeudi une chasse à l'homme à travers l'Europe et émis un mandat d'arrêt, assurant que la vie du petit garçon était en danger. Opéré récemment, il a besoin d'une sonde gastrique pour s'alimenter.

D'abord présentés comme des "kidnappeurs" par la presse britannique, les King se sont rapidement attiré sa sympathie après avoir donné leur version des faits. Le travail de la police était vivement critiqué, contraignant les responsables politiques à réclamer le retour à une juste mesure.

Mandat d'arrêt levé

Le ministère public britannique avait expliqué par la suite "prendre les mesures nécessaires pour lever le mandat d'arrêt concernant Brett et Naghemeh King", les parents, ajoutant qu'aucune autre mesure ne serait prise contre eux.

"Nous allons maintenant communiquer cette décision aux autorités espagnoles afin qu'ils retrouvent leur fils le plus rapidement possible", a-t-il ajouté.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes