Les "bébés sumos", conséquence de l'obésité des mères

L'importante progression du nombre de nourrissons de plus de cinq kilogrammes rebaptisés "bébés sumos" au Royaume-Uni serait imputable au surpoids des mères, affirme le National Obesity Forum. Selon plusieurs études, plus de la moitié des adultes britanniques sont trop gros.

"Le Sun" a publié mardi des statistiques selon lesquelles près du tiers des 139 centres hospitaliers, abritant des maternités, ont mis au monde l'année dernière des bébés pesant plus de 5,4 kg alors que la moyenne nationale est de 3,4 kg.

"C'est une conséquence directe des femmes qui tombent enceintes alors qu'elles sont obèses ou en surpoids et qui ainsi donnent naissance à de gros bébés", a déclaré Tam Fry, porte-parole du National Obesity Forum (forum antiobésité), qui regroupe des professionnels de santé.

"Les premiers 'bébés sumos' ont été signalés en 1966, puis leur nombre a augmenté de manière régulière avant de réellement commencer à exploser au cours de la dernière décennie", a précisé Tam Fry.

Un nouveau-né de 7,1 kg

En juin dernier, une femme avait donné naissance au plus lourd bébé fille du Royaume-Uni, qui pesait 6,5 kg. Quant au plus gros nouveau-né garçon britannique (7,1 kg), il avait vu le jour en 2013 à Gloucester.

L'obésité ainsi que le surpoids sont actuellement très répandus au Royaume-Uni. Plusieurs études démontrent que plus de la moitié des adultes britanniques est en surpoids.

La dernière étude en date, publiée le 29 mai dans le "Lancet medical journal", établit que 67% des hommes et 57% des femmes britanniques sont obèses ou en surcharge pondérale. Ces taux sont parmi les plus élevés d'Europe de l'Ouest. Plus d'un quart des enfants britanniques sont également en surpoids.

/ATS


Actualisé le