Le thème des réfugiés s'invite lors d'un scrutin en Jordanie

Les bureaux de vote ont ouvert en Jordanie pour un scrutin municipal marqué par un ressentiment croissant envers les réfugiés syriens, qui pèsent sur une économie déjà à la peine. Le principal parti d'opposition, le Front de l'action islamique (FAI), vitrine politique des Frères musulmans, a décidé de boycotter le scrutin.

Les opérations de vote ont débuté à 07h00 (06h00 en Suisse) pour une durée de dix heures. Le principal parti d'opposition boycotte ces élections en soulignant que le régime ne montre aucune volonté de réformes, malgré ses promesses répétées depuis le Printemps arabe.

Peu des candidats de l'opposition de gauche ou nationaliste se présentent, ce qui laisse le champ libre à des représentants des tribus, qui soutiennent traditionnellement la monarchie.

Réfugiés

Mais ces élections se déroulent alors que même les candidats loyalistes ont exprimé leur colère grandissante envers le gouvernement, qui se voit reprocher de ne pas aider suffisamment les villes à supporter le poids représenté par les quelque 500'000 réfugiés syriens accueillis actuellement par le royaume.

Les dirigeants jordaniens soulignent que l'afflux de réfugiés est un lourd fardeau pour les ressources en eau et en énergie du pays, déjà limitées, ainsi que sur l'immobilier et l'éducation.

Mesures d'austérité

En outre, le gouvernement jordanien a annoncé une série de mesures d'austérité pour tenter de réduire un déficit budgétaire de 2 milliards d'euros cette année et une dette extérieure qui dépasse désormais les 23 milliards de dollars (17 milliards d'euros).

Il compte augmenter de 15% le prix de l'électricité, après avoir doublé en juillet les taxes sur les téléphones mobiles et les contrats d'abonnement.

Près de 300 sièges réservés aux femmes

Quelque 3,7 millions de Jordaniens sont inscrits sur les listes électorales. Le gouvernement a néanmoins annoncé qu'environ 1,25 million de Jordaniens, militaires, membres des services de sécurité et civils installés à l'étranger ne participeraient pas au scrutin, pas plus que 40'000 salariés employés à l'organisation du scrutin.

Trois mille candidats concourent lors de ces élections, visant à désigner 100 maires et 970 conseillers municipaux. 297 sièges sont réservés aux femmes. Des analystes estiment que le ras-le-bol de la population risque de se traduire par une faible participation, et pourrait entraîner des troubles.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus