Abbas menace de mettre fin à la réconciliation palestinienne

Le président palestinien Mahmoud Abbas a menacé dimanche de mettre fin à son partenariat avec le Hamas, l'accusant de garder le contrôle de Gaza. Le chef du gouvernement d'union s'avouait pour sa part "pieds et poings liés" face au regain de division chez les Palestiniens.

Ces accusations menacent directement le gouvernement d'union nationale formé en juin pour sceller la fin de la division entre les deux directions palestiniennes: celle de l'Autorité palestinienne dirigée par M. Abbas en Cisjordanie occupée et celle du Hamas qui a pris le pouvoir par la force en 2007 dans la bande de Gaza.

Trois mois après sa formation, son chef Rami Hamdallah reconnaît qu'il n'a jamais pu s'imposer à Gaza où, selon M. Abbas, le Hamas maintient un "gouvernement parallèle".

Divisions apparues après le conflit

"C'est comme si on m'avait attaché pieds et poings liés et qu'on me disait 'maintenant, nage!'", résume cet universitaire de 56 ans, devenu premier ministre d'un gouvernement formé de personnalités indépendantes acceptées par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et par le Hamas.

Durant l'offensive israélienne sur Gaza, les différends ont été mis de côté, les deux camps brandissant l'unité sacrée.

Aujourd'hui, les divisions refont surface. l'Autorité accuse le Hamas de ne pas laisser le gouvernement d'union opérer à Gaza et le mouvement islamiste reproche à l'Autorité de Ramallah de ne pas payer les salaires de ses quelque 45'000 fonctionnaires à Gaza.

Hamdallah entre deux feux

A ce sujet, M. Hamdallah se dit pris entre deux feux: d'une part, la communauté internationale menace de boycotter les Palestiniens en suspendant son aide si l'Autorité paye ces fonctionnaires, et d'autre part le premier ministre dit avoir reçu des "menaces" de Gaza lui interdisant de venir tant que ces salaires ne seraient pas payés.

"Nous n'accepterons pas de partenariat avec le Hamas si la situation reste ainsi à Gaza où un gouvernement parallèle de 27 membres gouverne le territoire", a menacé M. Abbas.

Le porte-parole du mouvement islamiste, Sami Abou Zouhri, a indiqué qu'une rencontre était prévue "bientôt" entre représentants du Hamas et du mouvement rival Fatah de M. Abbas sur l'application de l'accord de réconciliation conclu en avril.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus