Le président américain rend hommage à Nelson Mandela depuis Dakar

Barack Obama a entamé jeudi sa tournée africaine par une étape à Dakar. Après une rencontre avec son homologue sénégalais Macky Sall, le président américain s'est dit décidé à se rendre en Afrique du Sud vendredi malgré l'état de santé de Nelson Mandela.

Arrivé mercredi soir à Dakar avec son épouse Michelle et leurs filles, Barack Obama a été chaleureusement accueilli. Jeudi, il a rendu hommage à l'ex-président sud-africain Nelson Mandela, un "héros pour le monde" au moment où il lutte pour sa survie.

M. Mandela, hospitalisé depuis trois semaines à Pretoria, "est un de mes héros. Je crois qu'il est un héros pour le monde entier, et le jour où il quittera cette terre, son héritage continuera à vivre à travers les âges", a déclaré M. Obama. Le président américain doit se rendre en Afrique du Sud vendredi, avant de mettre le cap sur la Tanzanie.

Soutien aux homosexuels

Le président Obama a par ailleurs salué comme "une victoire pour la démocratie américaine" la décision de la Cour suprême prise la veille en faveur du mariage pour tous aux Etats-Unis.

Il en a profité pour apporter son soutien aux homosexuels persécutés dans l'écrasante majorité des pays africains, hormis l'Afrique du Sud où le mariage gay est autorisé.

Présent à ses côtés, le président sénégalais Macky Sall lui a répondu que bien que "très tolérant", son pays n'était "pas encore prêt à dépénaliser l'homosexualité". Il a récemment exclu l'adoption d'une loi autorisant l'homosexualité au Sénégal.

Au diapason sur la gouvernance et la démocratie

Hormis cette divergence, MM. Obama et Sall ont dit avoir en commun les mêmes valeurs concernant "la démocratie" et "la bonne gouvernance". "Le Sénégal est une des démocraties les plus stables d'Afrique et et un de nos partenaires les plus forts dans la région", a affirmé Barak Obama.

Ce pays "va dans la bonne direction grâce à des réformes pour renforcer les institutions démocratiques", a-t-il affirmé. , ajoutant: "Je crois que le Sénégal peut être un formidable exemple" .

Le président américain et sa famille devaient se rendre dans l'après-midi sur l'île de Gorée au large de Dakar. Ils devaient visiter la Maison des esclaves et sa célèbre porte du "non retour" d'où sont partis vers les Amériques des milliers d'Africains arrachés à leur terre.

/SERVICE


Actualisé le