Le parti conservateur d'Angela Merkel recueille 41,5% des suffrages

La chancelière Angela Merkel a triomphalement remporté les élections législatives allemandes dimanche, selon les résultats officiels provisoires. Son parti conservateur (CDU/CSU) a recueilli 41,5% des suffrages. Elle a estimé qu'il était "trop tôt" pour se prononcer sur la démarche à suivre en termes d'alliances.

Angela Merkel est apparue rayonnante devant ses supporters pour se féliciter d'un résultat "super" et promettre "quatre nouvelles années de succès".

"La République Merkel", titrait l'édition en ligne du "Spiegel", ajoutant: "Deutschland est définitivement Angela-Merkel-Land". Les Allemands "n'ont pas offert à la chancelière une victoire, mais un triomphe", renchérissait le quotidien de centre-gauche "Süddeutsche Zeitung", évoquant le "Merkelisme". Son triomphe a été salué par l'ensemble de la presse en Europe.

Alliances en suspens

Angela Merkel a jugé qu'il était "trop tôt" pour se prononcer sur la démarche à suivre en termes d'alliances. Prudente, elle a déclaré qu'il fallait "attendre les résultats définitifs", tout en soulignant qu'on avait "déjà le droit de faire la fête".

Mme Merkel sera en position de force pour négocier une coalition, probablement avec les sociaux-démocrates (SPD) - comme lors de son premier mandat (2005-2009) - ou hypothétiquement avec les Verts.

L'allié libéral (FDP) d'Angela Merkel est évincé du Bundestag pour la première fois de l'histoire de la RFA faute d'atteindre la barre des 5% des suffrages (4,8%). Le camouflet a choqué ses partisans, pour certains au bord des larmes.

Quant au parti social-démocrate SPD, avec lequel Mme Merkel devrait logiquement discuter d'une "grande coalition", il a obtenu 25,7% des voix. Les Verts sont en baisse sensible à 8,3% (-2,3 points), tandis que la gauche radicale, Die Linke, a baissé de 3,3 points, à 8,6%.

Echec de l'Alternative

Un nouveau mouvement anti-euro, Alternative für Deutschland (AfD), créé au printemps, a atteint 4,7%, soit moins que les 5% nécessaires pour être représenté dans la chambre basse du Parlement.

La participation a été de 71,5%, soit un peu mieux que les 70,8% de 2009, qui était un record à la baisse.

/SERVICE


Actualisé le