Le parti anticorruption à l'épreuve du vote de New Delhi

Le parti anticorruption indien passe une épreuve de vérité électorale avec le vote des habitants de la capitale, New Delhi. Ce scrutin constitue une première étape majeure des élections législatives marathon qui ont débuté lundi en Inde.

Au total, près d'un cinquième des 543 sièges de la chambre basse du Parlement sont mis en jeu aujourd'hui pour la troisième des neuf phases de vote prévues jusqu'au 12 mai à l'occasion des plus grandes élections jamais organisées dans le monde. Le dépouillement est prévu le 16 mai.

Outre la capitale et ses 17 millions d'habitants, treize Etats au total se rendent aux urnes dont plusieurs zones peuplées du nord de l'Inde où le parti nationaliste hindou (BJP) pourrait obtenir de bons scores.

L'enjeu principal de cette troisième vague de vote réside dans la performance du parti Aam Aadmi Party (AAP, Parti de l'homme commun) dans son berceau de la capitale où il avait fait sensation en décembre en s'emparant du pouvoir avant de jeter l'éponge 49 jours plus tard.

Parti lancé par Kejriwal

L'AAP peine à se défaire de l'étiquette de "lâcheur" utilisée par ses critiques depuis que le leader du parti, Arvind Kejriwal, a démissionné en février de façon spectaculaire du poste de chef de l'exécutif de la capitale après sept semaines au pouvoir.

L'AAP, né de l'émergence en 2011 d'un puissant mouvement anticorruption, présente pour la première fois des candidats aux législatives dans plus de 400 circonscriptions. Le parti promet de nettoyer la scène politique indienne en évinçant tous les responsables mis en cause dans des affaires criminelles.

Près de 10 % des candidats de la première phase de vote lundi sont mis en cause pour tentative de meurtre, viol ou d'autres crimes, selon l'Association for Democratic Reforms (ADR).

Division liée à l'Uttar Pradesh

Par ailleurs, les électeurs de l'Etat de l'Uttar Pradesh (nord), où des émeutes intercommunautaires ont fait plus de 50 tués en août, votent aussi.

Ces émeutes ont profondément divisé l'électorat selon les convictions religieuses, le BJP pouvant bénéficier d'un soutien renforcé des hindous tandis que les partis laïques pourraient gagner les votes des minorités religieuses.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes