Le pape quitte Rio et annonce des JMJ en Pologne en 2016

Le pape François a quitté dimanche soir Rio de Janeiro "le coeur rempli d'heureux souvenirs", après avoir célébré la messe de clôture des 28es Journées mondiales de la jeunesse (JMJ). Trois millions de fidèles massés sur la plage de Copacabana y ont assisté.

L'avion de la compagnie Alitalia à bord duquel ont embarqué le Souverain pontive et sa délégation a décollé à 19h35 (00h35 lundi en Suisse). L'appareil s'est envolé pour Rome.

"Je pars le coeur rempli d'heureux souvenirs (...) En ce moment, je commence à sentir la nostalgie du Brésil, ce peuple si grand, au coeur large, ce peuple si amical", a déclaré le pape argentin à l'aéroport international Tom Jobim.

Avant son dernier grand rendez-vous avec les jeunes pèlerins catholiques, la messe de clôture, le pape s'est offert un rêve que la météo pluvieuse pendant son séjour lui avait jusque là interdit. Il a survolé en hélicoptère de la monumentale statue du Christ Rédempteur, qui domine les hauteurs de Rio.

Parcourant ensuite la baie de Copacabana à bord de sa jeep blanche découverte, il a été acclamé avec une ferveur débordante. "Vive le pape!", hurlait la foule.

Evangéliser "sans peur"

Apôtre d'une église missionnaire et proche des pauvres, le pape argentin a appelé pendant la messe les jeunes catholiques à évangéliser "sans peur" de par le monde, "jusque dans les périphéries existentielles".

La présidente du Brésil Dilma Rousseff, la présidente argentine Cristina Kirchner et le président bolivien Evo Morales ont assisté à la messe de clôture des JMJ. Cet office a attiré près de 3 millions de personnes, selon le Vatican.

Rendez-vous en 2016

A la fin de la célébration liturgique au bord de l'océan, le souverain pontife a annoncé que la prochaine édition des JMJ aurait lieu en Pologne 2016. Elles se dérouleront à Cracovie, dans la région natale de l'ancien pape Jean-Paul II, lequel sera proclamé saint à la fin de l'année.

Le pape François a conquis les Brésiliens par sa chaleur, sa simplicité, son franc-parler. A 76 ans, il a déployé une énergie débordante, multipliant les rencontres avec les jeunes, mais aussi avec les habitants d'une favela, d'anciens drogués ou des détenus.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes