Les chrétiens d'Orient ne doivent pas s'exclure les uns les autres

Le pape François s'est recueilli dans la Mosquée bleue d'Istanbul au deuxième jour d'un voyage en Turquie. Il a aussi rencontré la petite communauté catholique locale et a exhorté les catholiques du Moyen-Orient à ne pas s'exclure les uns les autres.

Après ses visites matinales à la Mosquée bleue et à la basilique Sainte-Sophie, le pape a rencontré dans les jardins de la nonciature (ambassade) des catholiques des différents rites latin, syriaque, arménien et chaldéen, prenant son premier bain de foule turc au milieu de plusieurs centaines de personnes.

"Quand nous nous arrêtons sur nos particularismes et sur nos exclusivités, nous apportons la division", a encore déclaré le pape devant plusieurs centaines de fidèles réunis dans la petite cathédrale du Saint-Esprit pour une messe célébrée aux côtés des orthodoxes.

Contexte difficile

Les chrétiens d'Orient sont divisés en toute une série de chapelles et d'obédiences, souvent sources de divergences. Le contexte est particulièrement difficile avec la montée de l'islamisme radical en Irak et en Syrie et en l'absence, notamment en Turquie, de statut officiel.

Jorge Bergoglio a retrouvé plus tard dans l'après-midi Bartholomée 1er, le patriarche oecuménique de Constantinople, avec lequel il devait se recueillir dans l'église patriarcale Saint-Georges. Les deux dignitaires doivent publier dimanche une déclaration commune faisant le point des relations entre les deux Eglises, divisés depuis le schisme de 1054.

/ATS


Actualisé le