Un attentat-suicide fait plus de quarante victimes au Yémen

Un attentat-suicide a fait au moins 47 morts et 75 blessés jeudi à Sanaa, selon des sources médicales et des témoins. L'attaque a été menée sur la place Tahrir, au centre de la capitale yéménite, après la démission de l'éphémère Premier ministre Ahmed Aouad bin Moubarak. Dans la province de Hadramout (sud-est), ce sont 20 soldats qui ont trouvé la mort dans un acte kamikaze.

Un policier chargé de la protection d'une agence bancaire proche de la place Tahrir a raconté qu'un homme, portant apparemment une ceinture d'explosifs, s'était approché d'un barrage tenu par des combattants Houthis. "Il s'est ensuite fait exploser au milieu du personnel de sécurité et des simples passants", a-t-il dit à Reuters.

Scènes d'horreur

Des sources médicales ont fait savoir que plusieurs enfants figuraient parmi les victimes. Le bilan pourrait s'alourdir, certains des blessés ayant été transportés à l'hôpital dans un état grave.

Un photographe de l'AFP a décrit des scènes d'horreur, avec des corps déchiquetés par des billes d'acier qui ont été mélangées à l'explosif, et des civils pris de panique courant dans tous les sens. Les hôpitaux de Sanaa ont lancé des appels à des dons de sang et rappelé leurs personnels en congé pour soigner les blessés.

Condamnations

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi a "condamné le lâche attentat terroriste", le plus sanglant depuis qu'Al-Qaïda a menacé d'une guerre sans merci les rebelles chiites, appelés houthis.

Et les Etats-Unis ont "condamné avec force" l'attentat "méprisable" survenu au Yémen contre des partisans de la rébellion chiite, appelant toutes les parties à coopérer pour une transition politique.

L'attentat perpétré dans la capitale a eu lieu quelques heures après la démission du Premier ministre Ahmed Aouad bin Moubarak. La milice chiite des Houthis avait appelé à manifester contre sa nomination.

Massacre de militaires

Par ailleurs, un attentat à la voiture piégée et une attaque armée ont été menés contre une base militaire près de Moukalla, dans le sud-est du pays, tuant au moins 20 soldats, selon l'agence de presse officielle Saba.

Les attaques n'ont pas été revendiquées mais elles semblent porter la marque d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus