Le braconnage en passe de tuer plus de rhinocéros qu'il n'en naît

Le nombre de rhinocéros tués par des braconniers pour récupérer leur corne est en passe de dépasser le nombre des naissances de ces mammifères menacés. L'International Rhino Foundation a lancé un cri d'alarme vendredi.

"Cette situation n'est simplement pas tenable et représente une sérieuse menace face aux gains enregistrés ces dernières décennies en matière de conservation des espèces", insiste Susie Ellis, directrice de l'IRF, une ONG basée aux Etats-Unis.

"Si on ne prend pas au sérieux cette crise du braconnage et si on ne prend pas des mesures urgentes, on risque de perdre de façon permanente des populations de rhinocéros qui permettent d'assurer la survie de l'espèce à long terme", prévient-elle.

Réunis vendredi à Tampa, en Floride, le conseil d'administration de l'IRF et des experts internationaux ont publié un rapport contenant de nouvelles estimations sur le braconnage des rhinocéros. Ce document suggère également des actions à mettre en oeuvre pour assurer une conservation durable de ces animaux.

Campagne de sensibilisation

En réponse à une forte reprise du braconnage des rhinocéros en Afrique depuis 2008, l'IRF relance une campagne baptisée "Operation Stop Poaching Now" ("Arrêter le braconnage maintenant") qui prévoit la formation et la fourniture d'équipements à des unités anti-braconnage au Zimbabwe et en Afrique du Sud ainsi que la diffusion d'informations pour éduquer le public sur la menace grandissante pesant sur ces animaux.

Depuis début 2013, 827 rhinocéros blancs et noirs ont été abattus par des braconniers en Afrique du Sud. En septembre, ce nombre dépassait déjà le record annuel de 668 établi en 2012 dans ce pays. En comparaison, seulement 13 rhinocéros avaient été victimes du braconnage en Afrique du Sud en 2007.

Les rhinocéros africains sont chassés surtout pour leur corne, dont la demande est très forte dans la médecine traditionnelle asiatique, sans aucune preuve scientifique de leur efficacité à l'appui.

Par ailleurs, deux des cinq espèces dans le monde, le rhinocéros de Java et de Sumatra, sont proches de l'extinction.

/ATS


Actualisé le