Le "bouèbe" suisse dans le Larousse - Zlataner recalé

Le millésime 2014 du Petit Larousse ouvre sa porte au "bouèbe" (marmot) helvétique, en même temps qu'au gourmand de mots qu'est Bernard Pivot. Et si celui-ci n'est pas "botoxé", ni sans doute le fruit d'un "speed dating", le journaliste littéraire sait "monter au filet" pour défendre la langue française.

Dans le Petit Larousse illustré à paraître le 6 juin, beaucoup d'intronisés sont en outre issus des nouvelles technologies, comme "googliser" ou "googler", "hashtag", "post", "textoter", "télévision connectée", "cyberdéfense" ou "mème".

Le "mème", à ne pas confondre avec "même", est un concept massivement repris, décliné et détourné sur l'internet de manière souvent parodique, qui se répand très vite, créant ainsi le buzz.

Le Larousse note pour "hashtag" la recommandation officielle de l'Académie qui lui préfère "mot-dièse", mais "l'usage ne l'a pas consacré jusqu'ici", explique à l'AFP Carine Girac-Marinier, directrice du département Dictionnaires et Encyclopédies.

50 personnalités

Au côté de Bernard Pivot, plus de cinquante personnalités sont accueillies dans le Petit Larousse. Parmi les heureux élus, le pape François, entré in extremis mi-mars, rejoint François Hollande aux côtés des écrivains Emmanuel Carrère, David Lodge et Henning Mankel et du Nobel de littérature 2012 Mo Yan.

Le chef d'orchestre Georges Prêtre fait aussi partie des derniers venus, tout comme Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook.

Zlataner recalé

Les débats ont été vifs cette année parmi les rédacteurs pour accepter "climatosceptique" ou "cougar", mais sans provoquer de "flash-mob", de "marche blanche" ni... de "poilade", autres nouveaux venus. L'adjectif "orwellien" (de l'écrivain George Orwell) a été adoubé mais pas le néologisme "zlataner" (du footballeur Zlatan Ibrahimovic), recalé aussi par Le Petit Robert.

La francophonie n'est pas oubliée avec l'arrivée du "bouèbe", qui peut être "chialeux" au Québec.

/SERVICE


Actualisé le