Le Mexique frappé par deux ouragans et une tempête en six jours

L'ouragan Manuel a de nouveau touché terre jeudi matin sur la côte nord-ouest du Mexique, déjà frappé depuis samedi par la même tempête et un autre cyclone, a annoncé le service de météorologie nationale (SMN). Les secours ont répertorié au moins 150 morts ou disparus en six jours.

"A l'heure actuelle, nous comptabilisons 97 décès en raison de deux phénomènes naturels", sur les côtes orientale et occidentale du pays, a déclaré le coordinateur national de la protection civile. Ce chiffre n'inclut pas les 58 disparus dans un important glissement de terrain survenu lundi dans une localité du sud du pays.

Jeudi matin, la dépression Manuel a de nouveau touché la côte nord-ouest du Mexique, à hauteur de l'Etat du Sinaloa, comme ouragan de catégorie 1 (sur une échelle de 5), avant de se dégrader en tempête tropicale, a indiqué le centre national des ouragans (CNH) américain. Selon le CNH, Manuel devrait maintenant provoquer des "pluies torrentielles dans le centre-ouest du Mexique".

Evacuations

Le gouvernement du Sinaloa avait ordonné la fermeture des écoles et l'évacuation du village de pêcheurs de Yameto, avant l'arrivée de l'ouragan.

Alors qu'il n'était encore qu'une tempête tropicale, Manuel avait déjà touché le sud-ouest du Mexique dimanche, simultanément avec le cyclone Ingrid sur la côte est du pays, provoquant des pluies torrentielles, des glissements de terrain et des inondations dans une grande partie du pays.

Dans la localité de La Pintada (Etat de Guerrero), au sud du Mexique, où le président mexicain Enrique Peña Nieto a annoncé la disparition de 58 personnes dans un gigantesque glissement de terrain intervenu lundi soir, les secours ne sont pas encore en mesure d'arriver sur place.

Comparable à une bombe

Des survivants, rapatriés par hélicoptère vers Acapulco, ont raconté qu'un bruit comparable à celui d'une bombe avait précédé l'énorme avalanche de boue qui a enterré des maisons, l'église et l'école de cette petite communauté pauvre des montagnes, dédiée à la culture du café.

A Acapulco, le port touristique de l'Etat de Guerrero, dont on ne peut toujours pas sortir par voie terrestre, l'évacuation des touristes piégés continue par voie aérienne. Quelque 11'500 des 40'000 touristes bloqués dans la station balnéaire depuis le week-end ont pu être ramenés à Mexico.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus