Le Congrès américain vote l'aide à Kiev et de nouvelles sanctions

Après des semaines d'intenses discussions, le Congrès américain a adopté un plan d'aide à l'Ukraine comprenant également des sanctions contre des personnalités rendues responsables de l'annexion de la Crimée par la Russie. Le plan d'aide, qui prévoit la garantie de prêts à hauteur d'un milliard de dollars, a été avalisé par une large majorité des élus.

La Chambre des représentants a validé ce projet, déjà approuvé par le Sénat, par 378 voix contre 34. Il doit désormais être transmis à la Maison Blanche où sa signature par Barack Obama ne fait guère de doute.

Le président américain a d'ailleurs salué l'adoption du plan. Selon lui, il va fournir à Kiev "les moyens essentiels pour rétablir la stabilité économique et le retour à la croissance et à la prospérité".

Dans un communiqué de la Maison Blanche, le porte-parole Jay Carney a ajouté que l'administration "soutenait les sanctions ciblées prévues dans la loi qui pèsent sur les individus et les entités responsables d'actes de violence à l'égard du peuple ukrainien ou qui sapent la paix, la stabilité, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine".

En plus de sanctions renforcées contre des personnalités jugées responsables de l'annexion de la Crimée par la Russie, le paquet prévoit également 150 millions de dollars pour l'aide à la démocratie et le renforcement de la coopération en matière de sécurité. Il constitue le premier signe d'approbation concrète des élus américains envers les autorités intérimaires de Kiev.

Il n'y avait aucun doute sur l'engagement du Congrès américain à la politique de soutien au gouvernement intérimaire d'Ukraine et de sanctions contre la Russie engagée par le président Obama.

Mais les débats parlementaires ont été freinés lorsque la Maison Blanche et les élus démocrates ont tenté de mêler ce projet de loi à celui de la réforme du Fonds monétaire international (FMI). Après plusieurs semaines de blocage, les républicains avaient obtenu l'abandon de ce projet de réforme du FMI.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus