La coalition anti-jihadiste étend ses frappes en Syrie et en Irak

La coalition anti-jihadiste menée par les Etats-Unis a étendu ses raids samedi en Syrie et en Irak. Pour la première fois dans ce conflit, le territoire irakien était survolé par des avions britanniques, prêts à frapper des positions du groupe Etat islamique (EI).

Ces frappes aériennes, qui ont visé sept cibles en Syrie et trois en Irak, ont été menées par les Etats-Unis, la Jordanie, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, a indiqué le commandement américain chargé du Moyen-Orient et de l'Asie centrale (Centcom).

Les frappes en Syrie ont débuté mardi, après des raids similaires menés depuis août en Irak, et se font maintenant "presque en continu", a souligné un responsable américain sous couvert de l'anonymat.

Samedi, un bâtiment de l'EI et deux véhicules armés ont notamment été touchés dans le secteur de la ville kurde d'Aïn al-Arab (Kobané en kurde), dans le nord de la Syrie. L'avancée des jihadistes vers cette ville avait poussé mi-septembre 160'000 personnes à se réfugier en Turquie.

"Réseau de la mort"

Dans la province de Raqa (nord), considérée comme le fief du groupe extrémiste sunnite, "un aéroport tenu par l'EI, une garnison et un camp d'entraînement près de Raqa ont été endommagés" par les raids de la coalition, a ajouté le Centcom.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH), basé à Londres, a fait état de frappes pour la première fois dans la province de Homs, dans le centre du pays. Selon cette ONG, d'autres raids ont également été effectués contre des positions de l'EI à Minbej, une des rares villes tenues par les jihadistes dans la province d'Alep (nord).

Les nombreuses exactions, dont la décapitation d'étrangers, menées par l'EI dans les secteurs sous son contrôle, ont amené les Etats-Unis à mettre en place une coalition internationale visant à "détruire (...) ce réseau de la mort", selon les termes du président américain Barack Obama.

Coalition renforcée

Cette alliance a reçu un renfort de poids vendredi avec la décision du Royaume-Uni de se joindre aux frappes en Irak, où seuls les Etats-Unis et la France ont pour l'instant ciblé l'EI.

Samedi, des avions de la Royal Air Force (RAF) ont effectué leur première mission en Irak depuis le feu vert du Parlement britannique à des raids contre l'EI. Les avions, lourdement armés et "prêts à être utilisés dans un rôle de combat", n'ont mené toutefois aucun bombardement, a indiqué le ministère de la Défense.

Le Danemark et la Belgique viennent également de décider de leur participation aux raids aériens en Irak, en déployant chacun des avions de combat F-16.

En Syrie, les Américains ont pour l'heure été aidés par cinq alliés arabes: Jordanie, Arabie, Emirats arabes unis, Qatar et Bahreïn. Mais la France n'exclurait plus de frapper aussi dans ce pays. La question est "posée", souligne une source au ministère de la Défense.

Installations pétrolières

La coalition avait mené vendredi de nouvelles frappes contre des installations pétrolières tenues par les jihadistes dans la province de Deir Ezzor (est de la Syrie), selon l'OSDH, qui avait précisé que l'EI avait arrêté le pompage dans six champs pétroliers par peur des bombardements.

L'EI, qui contrôle des raffineries en Irak et en Syrie, vend du pétrole en contrebande et en tirerait des bénéfices allant de 1 à 3 millions de dollars par jour, selon des experts.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes