Près de 2000 personnes exécutées par l'Etat islamique en 6 mois

Près de 2000 personnes en Syrie ont été exécutées par le groupe Etat islamique (EI) depuis fin juin, a rapporté dimanche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). La coalition internationale a mené plus de 20 raids contre le groupe djihadiste ce week-end dans ce pays et en Irak.

L'OSDH, proche des opposants au régime syrien de Bachar al-Assad, "a pu documenter l'exécution de 1878 personnes aux mains de l'Etat islamique en Syrie". Ces éléments restent impossibles à vérifier de manière indépendante.

Sur les 1878, 1175 sont des civils. Parmi eux figurent 930 membres sunnites du groupe des Chaïtat, qui s'étaient rebellés contre l'EI durant l'été dans l'est de la Syrie.

Par ailleurs, le groupe extrémiste a exécuté 502 soldats et miliciens pro-régime lors de combats ou après les avoir enlevés.

Plusieurs dizaines de bombardements récents

Il a également tué 120 de ses propres membres ayant tenté en majorité de fuir pour revenir dans leur pays et 80 rebelles syriens et membres du groupe rival Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda.

L'OSDH estime encore que le nombre réel des personnes exécutées est supérieur à 1878 en raison de la présence de centaines de disparus dans les prisons de l'EI.

Les forces de la coalition constituée à l'initiative des Etats-Unis pour combattre les djihadistes de l'Etat islamique ont effectué dimanche huit raids contre des cibles de l'EI en Syrie et cinq en Irak. Samedi, douze bombardements avaient eu lieu dans ces deux pays, a annoncé leur état-major conjoint. Entre jeudi et vendredi, la coalition avait déjà mené 39 frappes

Percée à Doulouïya

Et en Irak, les forces armées ont pénétré dimanche dans la ville de Doulouïya, au nord de Bagdad, contrôlée en grande partie par le groupe Etat islamique (EI). Cette percée ouvre un nouveau front dans leur offensive contre l'organisation djihadiste, selon des responsables.

Les djihadistes tentent depuis des mois de s'emparer totalement de cette ville stratégique située à 90 km de Bagdad. Mais ils font face à une résistance des tribus sunnites, notamment celle d'Al-Joubour, dans la partie sud de la cité donnant sur le fleuve Tigre.

Policiers et soldats, aidés des forces spéciales antiterroristes, de miliciens armés et de membres de tribus, et appuyés par l'aviation irakienne, ont réussi à pénétrer à partir du nord de plusieurs kilomètres à l'intérieur de la ville, selon les responsables militaires et de la sécurité. Ils cherchent désormais à consolider leurs positions avant de se lancer en direction du centre, ont-ils précisé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes