La capitale du Venezuela, Caracas, plongée dans le noir

La deuxième grande panne de courant qu'ait connue le Venezuela depuis le début de l'année a plongé lundi soir une bonne partie du pays dans l'obscurité.

L'électricité a été coupée dans la capitale Caracas et dans d'autres villes du pays peu après 20h00 locales (01h30 en Suisse), au grand désarroi des habitants et des travailleurs impatients de rentrer chez eux.

La panne de lundi semble de la même ampleur que le black-out très large qui avait touché le pays le 5 septembre.

Le président Nicolas Maduro avait alors accusé l'opposition d'avoir délibérément saboté le réseau électrique pour le discréditer. Le président de l'Assemblée nationale Diosdado Cabello, qui lui est politiquement proche, a renouvelé les mêmes accusations après les pannes de lundi.

Coupures périodiques

"Je n'ai aucun doute sur le fait que le sabotage du réseau électrique, aujourd'hui, ne participe d'un plan de la droite", a dit Cabello sur Twitter.

Dans certains quartiers plutôt aisés de Caracas, où l'opposition au gouvernement socialiste est bien implantée, les habitants ont frappé sur des casseroles, à leurs fenêtres, en signe de protestation. "Maduro, démission!", ont scandé certains.

Depuis plusieurs années, le Venezuela souffre périodiquement de coupures d'électricité, même si la capitale est dans l'ensemble à l'abri des délestages les plus importants.

/ATS


Actualisé le