L'opposition thaïlandaise manifeste, la police intervient

Des policiers thaïlandais ont fait usage de gaz lacrymogènes vendredi pour repousser un groupe d'opposants qui tentaient d'entrer de force dans un bâtiment de la police situé dans le nord de Bangkok. Les manifestants réclament la chute du gouvernement.

Des canons à eau ont dû être utilisés pour repousser des manifestants qui tentaient de pénétrer dans un bâtiment de la police. Un manifestant a été légèrement blessé, selon les autorités.

"Nous dormirons ici ce soir!", a lancé le meneur des manifestants, Suthep Thaugsuban, depuis une scène montée près du siège du gouvernement. Il a appelé "les personnes au pouvoir à coopérer avec nous et à se débarrasser des vestiges de Thaksin", tandis que ses partisans construisaient des barricades et un campement.

Dans la rue depuis six mois, les manifestants ne démordent pas de leur idée d'instaurer à la place du gouvernement intérimaire un "conseil du peuple", non élu, en charge de "réformes" du système gangréné selon eux par la corruption.

Moindre ampleur

Vendredi à la mi-journée, l'ampleur de la mobilisation n'avait pas celle de décembre et janvier, quand des dizaines voire des centaines de milliers de Thaïlandais étaient dans la rue. Après des semaines de manifestations réduites à leur minimum, ils étaient néanmoins déterminés à renouer vendredi avec leur occupation d'ampleur des abords du siège du gouvernement, inutilisé depuis des mois.

M. Suthep a appelé les présidents de la Cour suprême et du Sénat à "trouver une solution". "Sinon le peuple mènera des actions pour changer les choses lui-même", a encore dit celui qui a déjà annoncé plusieurs fois le "jour de la victoire".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus