Kiev reconnaît avoir été dissuadé par la Russie de signer avec l'UE

Le Premier ministre ukrainien a reconnu mardi pour la première fois que la Russie avait dissuadé Kiev de signer un accord d'association avec l'Union européenne (UE). Il a toutefois affirmé que ce choix n'était pas définitif, alors que Moscou se justifie par les conséquences d'un tel accord sur l'économie russe.

Le chef du gouvernement, Mykola Azarov, a fait ces déclarations à Kiev, alors que des milliers de manifestants étaient attendus mardi soir pour la troisième journée consécutive dans le centre de la capitale ukrainienne. La Place de l'Europe est occupée depuis dimanche par des militants d'opposition.

Le ton est monté entre l'UE et la Russie depuis l'annonce la semaine dernière de la suspension par l'Ukraine des préparatifs de cet accord, qui devait être signé lors du sommet du partenariat oriental de l'UE prévu jeudi et vendredi à Vilnius.

Les dirigeants européens ont dénoncé lundi les pressions de la Russie sur l'ex-république soviétique. Mais le Kremlin leur a répété mardi la fin de non-recevoir opposée par Vladimir Poutine la semaine dernière, qui les avait accusés à son tour de "menace et chantage".

Cesser les "commentaires acrimonieux"

Et le président russe a demandé mardi aux dirigeants européens de cesser leurs "commentaires acrimonieux" sur la situation en Ukraine, estimant qu'un accord d'association entre ce pays et l'UE aurait été une "trahison majeure" pour l'économie russe.

M. Azarov a toutefois confirmé mardi que la décision de Kiev de suspendre la signature de l'accord avait bien été inspirée par Moscou. "Il nous a été dit clairement (de Moscou, NDLR): nous sommes prêts à examiner avec vous et l'UE tous les problèmes, mais vous reportez la signature de l'accord, nous discutons, nous nous mettons d'accord et après vous signez", a-t-il souligné.

Pas à trois

Les Européens ont toutefois d'ores et déjà exprimé leurs réserves sur des négociations à trois avec la Russie, soulignant qu'un partenariat avec l'Ukraine ne concernait pas Moscou. Ils ont dit lundi que l'offre d'association restait valable.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus