La Russie continue d'avaler la Crimée au pas de charge

Les forces armées russes ont pris lundi de nouvelles infrastructures militaires ukrainiennes en Crimée. Kiev a ordonné à ses soldats de quitter la péninsule et de gagner l'Ukraine continentale tandis qu'à la Haye, le chef de la diplomatie russe et son homologue ukrainien se réunissaient pour la première fois.

Sergueï Lavrov a commencé en fin de journée une rencontre en tête-à-tête avec son homologue ukrainien, Andriy Dechtchitsia, en marge du sommet international sur le nucléaire de la Haye. C'est la délégation ukrainienne qui a fait la demande de cette rencontre.

Sergueï Lavrov et le secrétaire d'État américain John Kerry devaient également se rencontrer en marge du sommet. Il s'agit de leur première entrevue depuis que Washington a imposé des restrictions financières à des personnalités proches de Vladimir Poutine en représailles à l'absorption de la Crimée.

Redéploiement des unités ukrainiennes

Pendant ce temps en Crimée, "le conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien a ordonné au ministère de la Défense de redéployer les unités militaires et d'évacuer leurs familles", a déclaré le président ukrainien par intérim Olexandre Tourtchinov devant les chefs de groupes parlementaires.

M. Tourtchinov a fait cette annonce après la prise de contrôle par les troupes russes de la base de Feodossia, qui abritait l'unité d'élite de la marine ukrainienne.

Selon un porte-parole de l'armée ukrainienne, les soldats russes ont tiré à l'arme automatique et lancé des grenades assourdissantes pendant l'assaut lancé dans la nuit de dimanche à lundi. Les soldats ukrainiens n'ont pas offert de résistance.

Ces derniers jours, les forces russes ont pris sans combat le contrôle de pratiquement toutes les bases ukrainiennes de la péninsule.

Treize Canadiens sanctionnés

La Russie ne reste pas inactive sur le front des sanctions. Elle a annoncé qu'elle interdisait à treize responsables du Canada de se rendre sur son territoire, en représailles aux sanctions imposées par Ottawa à Moscou en raison de l'annexion de la Crimée.

Bien que le fil diplomatique ne soit pas coupé avec Moscou, le président américain Barack Obama a affirmé que les Etats-Unis et l'Europe étaient "unis" pour faire payer un "coût" à la Russie après son intervention en Ukraine.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes