Kiev: l'opposition se projette vers la présidentielle de 2015

L'opposition à Viktor Ianoukovitch a encore rassemblé dimanche des dizaines de milliers de manifestants sur la place de l'Indépendance à Kiev. L'un de ses chefs de file a néanmoins paru reconnaître que le mouvement de contestation n'aurait pas raison du président ukrainien dans l'immédiat.

Ce rassemblement dominical est devenu un rituel depuis que Viktor Ianoukovitch a brusquement refusé, le 21 novembre, de signer un accord d'association avec l'UE pour se tourner vers la Russie. Des milliers de partisans de l'intégration à l'UE ont également manifesté près de la résidence de campagne du président.

Quelque 5000 opposants, brandissant des drapeaux ukrainien et européen, se sont installés sur la place centrale du village de Novi Petrivtsi, à 300 mètres de la résidence protégée par des rangées de policiers des forces antiémeutes, des camions et des autobus, a constaté un journaliste de l'AFP.

La mobilisation s'essouffle

Les opposants accusent le président de replacer l'Ukraine sous la dépendance de Moscou, comme au temps de l'Union soviétique, en échange d'une aide de 15 milliards de dollars et d'une réduction des tarifs gaziers, accordée le 17 décembre par le président russe Vladimir Poutine.

Le nombre de manifestants semble toutefois reculer de dimanche en dimanche, alors que les Ukrainiens se préparent à célébrer le Nouvel An et le Noël orthodoxe le 7 janvier. Ils paraissaient encore moins nombreux ce dimanche que le précédent, lorsqu'une foule de quelque 100'000 personnes avait gagné la place de l'Indépendance, surnommée Maïdan.

"Faire de l'Ukraine un pays européen"

Dirigeant du parti d'opposition Batkivchtchina (Mère patrie), la formation de l'ancienne Première ministre Ioulia Timochenko, Arseni Iatseniouk a fixé dimanche un nouvel horizon à cette vague de mobilisation en évoquant l'élection présidentielle de 2015.

Malgré l'essoufflement apparent de la mobilisation, d'autres chefs de file de l'opposition souhaitent redonner de la vigueur au mouvement. A l'image de Vitali Klitschko, ils ont appelé à un nouveau rassemblement à la veille du Nouvel An. Le champion de boxe a même lancé un appel à la grève générale après les vacances.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus