Israël principal suspect de la mort d'Arafat selon les Palestiniens

Les dirigeants palestiniens ont désigné vendredi Israël comme l'unique suspect de l'"assassinat" de Yasser Arafat, après diffusion d'analyses médicales confortant la thèse d'un empoisonnement de leur chef historique. Cette accusation a de nouveau été démentie par le porte-parole des Affaires étrangères israéliennes.

Selon Yigal Palmor, cette accusation est "sans fondement et sans la moindre preuve". Il a souligné vendredi qu' "Israël n'a pas tué Arafat, point final".

Plus tôt dans la journée, le président de la commission d'enquête officielle palestinienne sur la mort d'Arafat, Tawfiq Tiraoui avait affirmé: "Israël est le premier, le principal et unique suspect dans l'affaire de l'assassinat de Yasser Arafat".

M. Tiraoui a expliqué tirer sa conviction de l'implication d'Israël du caractère sophistiqué du polonium et des déclarations des dirigeants israéliens de l'époque souhaitant ouvertement la disparition d'Arafat.

Rapports médicaux

Il s'exprimait sur foi notamment de rapports médicaux transmis jeudi par un laboratoire suisse et l'Agence fédérale russe d'analyses biologiques.

Ces rapports d'analyses sur les échantillons prélevés sur la dépouille établissent que "Yasser Arafat n'est mort "ni de vieillesse, ni de maladie, mais par empoisonnement", a indiqué le docteur Abdallah al-Bachir, chef de l'équipe médicale de la commission.

Expertise russe plus prudente

"Nos résultats soutiennent raisonnablement la thèse de l'empoisonnement", avait résumé jeudi François Bochud, directeur de l'Institut de radiophysique appliquée de Lausanne, un des auteurs du rapport suisse.

L'expertise russe est plus prudente, concluant à l'impossibilité de déterminer si le polonium est la cause de la mort, sans privilégier d'hypothèse, a déclaré le docteur Bachir.

Le résultat de l'analyse française menée sur des échantillons n'a pas encore été publié. Yasser Arafat est mort le 11 novembre 2004 dans un hôpital militaire français.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes