Iran: Rohani en position d'être élu dès le premier tour

Hassan Rohani, le plus modéré des candidats à la présidentielle iranienne, est en position de l'emporter dès le premier tour, selon des résultats préliminaires diffusés samedi. Après le décompte d'un peu plus de 8 millions de bulletins sur 50 millions d'inscrits, il est crédité de 51,2%.

Il creuse l'écart avec son rival conservateur le plus proche, le maire de Téhéran Mohammad Baqer Qalibaf, qui ne recueille que 16,7%, ont indiqué les autorités iraniennes. Saïd Jalili, chef des négociateurs sur le programme nucléaire iranien, arrive en troisième position avec 13,1%, suivi par Mohsen Rezaï, ancien chef des Gardiens de la révolution, avec 11,3%.

Un candidat doit obtenir plus de 50% des suffrages lors du premier tour pour être élu. Dans le cas contraire, un deuxième tour est organisé la semaine suivante entre les deux candidats les mieux placés.

Politique moins conflictuelle

Les experts ne pensent toutefois pas qu'une victoire de Hassan Rohani changerait fondamentalement les relations entre l'Iran et l'Occident. Mais ils s'attendent à ce qu'il adopte une politique étrangère moins conflictuelle que celle du président sortant Mahmoud Ahmadinejad, tout en promouvant une "charte des droits civils" dans son pays.

Hassan Rohani a bénéficié cette semaine du désistement du candidat réformateur Mohammad Reza Aref. Il a aussi reçu le soutien des anciens présidents Mohammad Khatami et Akbar Hashemi Rafsanjani, ce dernier ayant lui-même été exclu du scrutin par le Conseil des gardiens, une institution proche du guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei.

La participation aurait atteint entre 70 et 80%, selon la télévision iranienne. Certains bureaux de vote sont restés ouverts pendant cinq heures supplémentaires en raison de l'affluence.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus