Irak: au moins une quinzaine de morts dans plusieurs attentats

Au moins une quinzaine de personnes ont été tuées dans de nouveaux attentats dimanche en Irak. Huit kamikazes ont notamment attaqué les forces de sécurité et un bâtiment gouvernemental dans la localité de Rawa, à 260 km au nord-ouest de Bagdad, selon des responsables.

Ces nouvelles attaques surviennent alors que l'Irak connaît ses pires violences depuis cinq ans, quand le pays sortait d'un conflit confessionnel sanglant entre sunnites et chiites, alors que la guerre en Syrie voisine fait craindre un débordement transfrontalier.

L'octuple attaque de Rawa, dans la province à majorité sunnite d'Al-Anbar, a coûté la vie à trois membres du conseil local, trois policiers, un enfant et une huitième personne, a indiqué le docteur Wael Faouzi à l'AFP. Ces attaques ont également fait 28 blessés.

Le capitaine de police Mohammed Ahmed al-Rawi a expliqué que deux kamikazes à pied et un autre à bord d'une voiture bourrée d'explosifs ont attaqué le siège local de la police tandis qu'un quatrième a lancé son véhicule contre un point de contrôle à l'entrée de la localité de Rawa.

Trois autres kamikazes à pied et un quatrième à bord d'un véhicule ont attaqué le siège de l'administration locale, où des responsables tenaient une réunion. Des groupes armés, notamment ceux liés à Al-Qaïda, visent fréquemment les forces de sécurité et les fonctionnaires.

Responsable de la police visé

A Samarra, à une centaine de kilomètres au nord de Bagdad, un kamikaze a fait sauter une voiture piégée près de la maison d'un responsable de la police, le lieutenant-colonel Nasser Dawoud. L'explosion a fait six morts, des proches de l'officier.

Au sud de la capitale, un vendeur de viande en bord de route a été tué par balle alors que l'explosion d'une bombe a fait six blessés dans la capitale.

Attentats quotidiens

Le pays connaît depuis le début de l'année un regain de violences, sur fond d'impasse politique qui pourrait, selon des experts, se prolonger jusqu'aux élections législatives prévues en 2014.

Les attentats sont quotidiens et les bilans des quatre derniers mois oscillant désormais entre 800 et 1000 morts, et ce en dépit des opérations - parmi les plus importantes depuis le retrait en 2011 des troupes américaines - menées ces deux derniers mois par les forces de sécurité.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus