Espagne: 78 morts dans un déraillement - conducteur sous enquête

L'un des conducteurs du train espagnol qui a déraillé mercredi soir près de Saint-Jacques-de-Compostelle fait désormais l'objet d'une enquête, a annoncé une porte-parole de la Cour suprême de Galice. La catastrophe a fait 78 morts, selon un nouveau bilan. Le chef du gouvernement Mariano Rajoy s'est rendu jeudi matin sur les lieux du drame.

Le Premier ministre, natif de Galice, a annoncé "trois jours de deuil national dans toute l'Espagne" après cet accident. Il devait ensuite rendre visite aux blessés à l'hôpital. Le président régional de Galice, Alberto Nuñez Feijoo, a déclaré sept jours de deuil dans la région tandis que le roi Juan Carlos et prince héritier Felipe suspendaient leurs activités officielles.

"C'était un désastre"

Les personnes habitant près du lieu de l'accident sont eux sous le choc. "J'ai entendu comme un coup de tonnerre, très fort, j'ai vu beaucoup de fumée. C'était un désastre", témoigne Maria Teresa Ramos.

"Les gens criaient. J'ai vu un train chevauchant un talus. Personne n'avait jamais vu cela ici", raconte-t-elle. Avec des amis, elle s'est précipitée pour apporter des couvertures et des serviettes de toilette aux blessés. Les équipes de secours ont à présent cessé de chercher des corps sur les lieux de l'accident.

Le plus meurtrier depuis 69 ans

L'accident est le plus meurtrier en Espagne depuis 1944. Il s'est produit à 20h42 sur un tronçon de voie à grande vitesse, dans un virage très prononcé de la localité d'Angrois, à environ quatre kilomètres de la gare de Saint-Jacques-de-Compostelle, célèbre ville de pèlerinage.

Le train venant de Madrid se dirigeait vers El Ferrol, sur la côte atlantique. Il transportait 218 passagers et quatre employés de la compagnie de chemin de fer, la Renfe. Son président a assuré sur les ondes d'une radio privée que le train "n'a eu aucun problème opérationnel". Il venait de passer une révision technique le matin même. Une enquête a été ouverte.

Les causes de l'accident ne sont pas encore officiellement connues, mais la presse montre du doigt une vitesse excessive sur un tronçon limité à 80 km/h.

"Il semble que dans un virage le train ait commencé à se retourner, nous avons fait beaucoup de tonneaux et plusieurs wagons se sont empilés les uns sur les autres", a raconté un passager, cité par la radio Cadena Ser.

Le drame a eu lieu à la veille de la Saint-Jacques, le saint patron des Galiciens, une fête traditionnelle dans cette région. Toutes les cérémonies prévues à cette occasion ont été annulées.

Le président de la Confédération Ueli Maurer a envoyé jeudi un télégramme de condoléances au roi Juan Carlos ainsi qu'à M. Rajoy pour exprimer sa sympathie au nom du Conseil fédéral et du peuple suisse.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus