Dizaines de raids sur Gaza et 39 interpellations à Jérusalem

L'armée de l'air israélienne a effectué des dizaines de raids aériens sur la bande de Gaza depuis lundi à minuit tandis que 39 Palestiniens ont été interpellés à Jérusalem-Est. Le président palestinien a demandé à la communauté internationale d'"intervenir immédiatement".

Dans un communiqué, Mahmoud Abbas a précisé que la direction palestinienne avait "lancé des appels pressants" aux dirigeants arabes afin qu'ils fassent pression sur Israël pour stopper son offensive aérienne. Dans la matinée, un porte-parole militaire israélien a précisé que "l'objectif est de frapper le Hamas et de réduire le nombre de roquettes tirées vers Israël".

Des renforts ont été en outre déployés près de la frontière avec Gaza "afin d'être prêt à lancer une attaque terrestre en cas de besoin" et d'autres renforts "seront graduellement mobilisés dans les prochains jours", a indiqué un porte-parole de l'armée, Peter Lerner. "Les attaques aériennes que nous avons menées ne constituent qu'une étape. L'opération n'a pas de limite de temps", a-t-il assuré.

Plus de 50 raids

Lors des plus de 50 raids avant l'aube, l'aviation israélienne a notamment détruit des maisons appartenant à des activistes du Hamas responsables, selon Israël, des attaques à la roquette. Vingt-deux personnes ont été blessées à Gaza, dont sept enfants et deux femmes, selon des sources palestiniennes.

Par ailleurs, vingt-cinq roquettes ont été lancées de Gaza sur le sud d'Israël aux premières heures de mardi, sans faire de victime selon l'armée. Au total quelque 300 projectiles se sont abattus sur l'Etat hébreu depuis quelque trois semaines.

Trente-neuf interpellations à Jérusalem

Sur un autre front, les heurts se sont poursuivis à Jérusalem-Est annexée et dans des localités arabes du nord d'Israël, où le rapt et le meurtre la semaine dernière d'un adolescent palestinien à Jérusalem a provoqué la colère des habitants.

Trente-neuf manifestants ont été interpellés dans la nuit, selon la police. Au total 300 personnes ont été arrêtées lors d'émeutes depuis la mort du Palestinien le 2 juillet.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus