Netanyahu impute l'enlèvement de trois colons au Hamas

Le Premier ministre israélien a imputé dimanche aux islamistes du Hamas l'enlèvement de trois colons juifs de Cisjordanie portés disparus depuis trois jours en Cisjordanie. Il y aura de graves conséquences", a menacé le Premier ministre israélien. Des dizaines de Palestiniens ont été arrêtés, dont des parlementaires.

"Ceux qui ont enlevé nos jeunes sont des hommes du Hamas, ce même Hamas avec lequel Abou Mazen (Mahmoud Abbas) a signé un gouvernement d'union", a affirmé M. Netanyahu à l'ouverture du Conseil des ministre hebdomadaire.

Le dirigeant israélien n'a cessé de dénoncer l'alliance entre le Hamas et l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dirigée par le président Abbas. Ces derniers ont signé un accord de réconciliation le 23 avril, qui a débouché début juin sur un gouvernement de "consensus" national soutenu par le Hamas mais composé de personnalités indépendantes.

Dizaines d'arrestations

Quatre-vingt Palestiniens ont été arrêtés dans la nuit par les forces israéliennes dans le cadre des recherches des trois colons, dont l'un possède aussi la nationalité américaine, a fait savoir l'armée.

Ces colons, âgés de 16 ans pour deux d'entre eux et de 19 ans, ils ont été vus pour la dernière fois jeudi soir alors qu'ils faisaient de l'auto-stop pour rentrer de leur yeshiva dans la colonie de Gush Etzion, au nord d'Hébron.

Un communiqué posté sur internet a revendiqué le rapt au non de "l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) - branche Palestine-Cisjordanie", qui se manifeste pour la première fois.

Depuis leur disparition, l'armée a procédé à de nombreuses perquisitions à Hébron et dans les villages des alentours. Côté palestinien, on parle d'une centaine de personnes interpellées, parmi lesquelles figurent au moins sept membres du Hamas qui siègent au Parlement et plusieurs ex-détenus libérés récemment par les autorités israéliennes.

Dans une allocution télévisée samedi, Benjamin Netanyahu a estimé que l'accord de réconciliation conclu le 23 avril par Mahmoud Abbas, président de l'Autorité palestinienne, et le Hamas avait enhardi les activistes palestiniens.

/ATS


Actualisé le