Des dizaines de milliers d'anonymes ont afflué vers le stade

Dansant sous la pluie, émus ou solennels, des dizaines de milliers d'anonymes ont afflué vers le stade de Soweto mardi pour rendre un dernier hommage à Nelson Mandela. L'atmosphère était plus à la célébration qu'au deuil.

Les jours qui ont suivi la mort du héros de la lutte anti-apartheid, survenue jeudi, "j'ai pleuré. Mais aujourd'hui est un jour de célébration", lançait Luyanda, une étudiante de 19 ans en esquissant un pas de danse à son arrivée au stade de Soccer City, près de Johannesburg.

Comme elle, des masses de Sud-Africains s'étaient levées à l'aube, bravant la pluie, pour emprunter des transports en commun jusqu'au stade, où une cérémonie officielle d'hommage au père de la Nation aurait dû commencer à 11h00 (10h00 suisse), mais avait pris du retard.

Une vie à célébrer

Au même moment, les délégations étrangères se succédaient à un rythme soutenu sur les aéroports de Johannesburg et Pretoria. Une centaine de dirigeants, dont Barack Obama, François Hollande ou Ueli Maurer, devaient assister à la cérémonie, ainsi que des dizaines d'anciens leaders, des personnalités du monde du sport ou de la culture, qui se retrouveront dans les gradins avec 80'000 personnes.

"On nous avait suggéré de mettre une cravate noire", a raconté le Premier ministre britannique David Cameron à son arrivée dans le stade. "Mais quand on entend cette clameur, quand on voit l'atmosphère de fête qui règne ici, il devient évident que les Sud-Africains veulent dire au revoir à ce grand homme, mais aussi célébrer sa vie et son héritage. Et je pense qu'ils ont raison."

Chants de lutte contre l'apartheid

Brandissant des drapeaux sud-africains, enveloppés dans des tissus noir, jaune et vert - les couleurs du Congrès national africain (ANC), le parti de M. Mandela -, les Sud-Africains reprenaient en choeur des chants de la lutte contre le régime raciste.

A leur arrivée au stade, la foule était accueillie par un chaleureux "Bienvenue! Soyez tous les bienvenus! Viva Tata Madiba, Viva!" lancé par haut-parleur. Elle répondait par des "Viva!", comme dans les meetings de l'ANC.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus